PSG : Paris giflé à Leipzig, deux joueurs dribblent les critiques

PSG : Paris giflé à Leipzig, deux joueurs dribblent les critiques

Photo Icon Sport

Mercredi soir, le PSG est tombé de haut en s’inclinant sur la pelouse du RB Leipzig lors de la troisième journée de la Ligue des Champions.

Convaincants lors de la première demi-heure, les joueurs de Thomas Tuchel ont véritablement sombré dès lors qu’ils ont encaissé le but de l’égalisation par Christopher Nkunku. Défensivement, plusieurs joueurs ont coulé à l’instar de Presnel Kimpembe, Danilo Pereira ou encore Marquinhos. Certains échappent toutefois aux critiques malgré la deuxième défaite en trois matchs du Paris SG dans cette compétition. Dans les colonnes de L’Equipe, Keylor Navas et Moise Kean sont les deux seuls joueurs à obtenir 6/10 ou plus dans les rangs parisiens.

« Navas ne peut pas tout le temps être le héros. Sa parade main gauche à bout portant devant Haidara est celle d'un gardien de top niveau mondial (8e) mais que peut-il faire ensuite ? La frappe de Nkunku est imparable (42e) et sur le penalty de Forsberg (57e), il part du bon côté. Sans doute peut-on lui reprocher un jeu au pied imprécis par séquences » note le quotidien national au sujet du gardien costaricien, avant de s’attarder sur Moise Kean. De nouveau titulaire en raison des absences de Mbappé, Neymar et Icardi, le jeune Italien prêté par Everton a été très l’attaquant le plus dangereux du PSG en Allemagne.

« Vingt premières minutes étincelantes : avec ce ballon décisif vers Di Maria (1-0, 6e) puis ce penalty à la suite d'une action individuelle de classe (15e). Il fut ensuite toujours disponible avec des appels très variés. Son travail de pivot a été précieux. Et il a sans cesse tenté de lutter dans le domaine aérien et a incarné jusqu'au bout la menace parisienne (54e, 81e). Icardi a un vrai concurrent » est-il souligné par le journal. Malheureusement pour Paris, le très bon match effectué par Moise Kean n’aura pas suffit à arracher au minimum le point du match nul, Angel Di Maria ayant alterné l’excellent et le médiocre tandis que Pablo Sarabia aura de nouveau été très discret.