PSG : Neymar victime d'un chantage, l'épouvantable réalité

PSG : Neymar victime d'un chantage, l'épouvantable réalité

Icon Sport

Tandis que le procès de son transfert au Barça se déroule en Espagne, Neymar est rattrapé par une autre histoire. En soutenant le président Bolsonaro, la star du Brésil et du PSG a choqué pas mal de monde.

Tandis que le PSG prépare son déplacement de vendredi à Ajaccio, Neymar est lui en Espagne où le numéro 10 brésilien est actuellement jugé dans le nébuleux dossier de son transfert. Face aux juges, la star recrutée pour 222 millions d’euros par Paris a indiqué avoir signé son contrat en faisant confiance à son père, lequel gère les affaires de son fils. Un argument qui est évidemment brutal, mais ce n’est pas le seul missile tombé ces dernières heures sur le père de Neymar. Car au moment où le deuxième tour des élections présidentielles se profile au Brésil, Lula, ancien président arrivé en tête au premier tour, accuse le clan Neymar d’avoir choisi le camp de Jair Bolsonaro pour éviter de gros soucis à venir avec le fisc et la justice si ce dernier n’était pas réélu. Il y a quelques semaines, Neymar avait apporté un soutien vif au président sortant, alors que ce dernier tient régulièrement des propos racistes et homophobes d’une rare brutalité.

Neymar et son père, ça devient gênant

Lors d’un podcast, Lula, qui sera le léger favori lors du second tour des présidentielles qui se déroulera le 30 octobre, affirme que Neymar a décidé de soutenir Jair Bolsorano, car il était clairement victime d’un chantage. « Neymar a le droit de choisir qui il veut comme président. Je pense qu'il a peur que si je remporte l'élection, je saurai ce que Bolsonaro lui a pardonné au sujet de ses dettes sur l’impôt sur le revenu. Je pense que c'est pour cela qu'il a peur de moi (...)  Il est évident que Bolsonaro a passé un accord avec le père de Neymar », a lancé le candidat à la présidence du Brésil, persuadé que la star de la Seleçao et du Paris Saint-Germain n’a pas les mains libres dans ce dossier et que son soutien à Jair Bolsonaro n’est que le fruit d’un chantage.

Une prise de position qui intervient dans une campagne où tous les coups sont permis au Brésil, le résultat du premier tour ayant surpris les observateurs, lesquels voyaient Lula s’imposer sans problème. Du côté du clan Neymar, l’attaquant du PSG avait déjà répondu à ces attaques venues du camp opposé en ironisant sur ceux qui l’accusaient d’avoir soutenu le président Bolsonaro. « Ils parlent de démocratie et de beaucoup de choses, mais quand quelqu'un a une opinion différente, il est attaqué par ceux-là mêmes qui parlent de démocratie. Va comprendre », avait affirmé le joueur de 30 ans, lequel n’est pas le seul footballeur à avoir choisi le camp Bolsonaro, malgré les propos ouvertement racistes de ce dernier. En effet, le président du Brésil a reçu le soutien de Ronaldinho, Rivaldo et plus récemment de Lucas Moura, l'ancien joueur du PSG qui évolue désormais à Tottenham.

Neymar devra attendre le 30 octobre

Nul ne sait si les accusations de Lula à l'encontre de Neymar et son père sont sérieuses, mais forcément compte tenu des casseroles fiscales traînées par l'attaquant de Paris et du Brésil, on imagine bien qu'un changement à la tête du pays ne sera pas réellement une bonne nouvelle. Cependant, le résultat du second tour des élections brésiliennes est réellement indécis, et il se pourrait bien que Jair Bolsonaro sorte une deuxième fois son atout Neymar avant le prochain tour prévu le 30 octobre. Pour le numéro 10 parisien, il sera ensuite temps de se consacrer à son club et surtout à sa sélection pour le Mondial 2022 dont le Brésil est l'un des favoris.