PSG : Leonardo serait injouable au poker, son secret dévoilé

PSG : Leonardo serait injouable au poker, son secret dévoilé

Photo Icon Sport

A chaque fenêtre du marché des transferts, Leonardo arrive à refaire le coup. Il parvient, avec des moyens plutôt limités par rapport aux habitudes du Paris Saint-Germain, à réaliser quelques opérations qui permettent de renforcer l’équipe à moindre prix.

Ce fut encore le cas cette année avec l’arrivée de Moise Kean en prêt et de Rafinha dans un transfert à zéro euro mais avec bonus. Faire venir le milieu de terrain du FC Barcelone a tout de suite apporté une touche technique et créative au PSG, et le champion de France en avait bien besoin au coeur du jeu. Comme avec l’attaquant italien ou même avec Danilo Pereira, tout s’est fait dans les derniers instants. Comment Leonardo parvient-il donc à boucler ces dossiers avec efficacité et discrétion à chaque dernière ligne droite ?

Ancien international brésilien, et père de Thiago Alcantara et de Rafinha, Mazinho a fait des confidences à ce sujet dans France Football. S’il a révélé que Leonardo voulait surtout le milieu de terrain du Bayern Munich parti à Liverpool pendant l’été, il s’est penché très tardivement sur son frère, uniquement quand il a été relancé.

« En fait, j'avais parlé à Leonardo il y a longtemps déjà, mais c’était pour évoquer le dossier Thiago. Leonardo le voulait au PSG. Mais Thiago s'était déjà mis d'accord avec Liverpool. Quand je l'ai relancé, l'avant-dernier jour (du mercato), Leonardo avait changé d'avis. Et tout s'est accéléré le dernier jour. C'est le lundi 5 octobre qu'il a fallu travailler dur pour convaincre les deux clubs. On a eu peur mais, grâce à Dieu, à cinq ou six heures de la clôture, on a trouvé un accord », a livré le père de Rafinha, qui dévoile ainsi l’un des secrets de Leonardo. Comme pour le dossier Danilo Pereira, même si cela fait jouer avec le feu, le directeur sportif du PSG attend d’être relancé par l’autre camp avant de foncer sur un dossier, histoire de ne pas être le demandeur pressé dans l’histoire, et d’être en position de force dans les négociations. Une tactique qui lui a plutôt bien réussi jusqu’à présent, même elle possède forcément de gros risques de voir un dossier qui l’intéresse lui passer sous le nez faute d’avoir pris les commandes.