PSG : Le Qatar peut trinquer, Neymar et Mbappé restent !

PSG : Le Qatar peut trinquer, Neymar et Mbappé restent !

Photo Icon Sport

La crise sanitaire du Covid-19 a un impact économique terrible pour l’ensemble de la société et les clubs de football n’échappent pas à la règle.

Pour de nombreux clubs français, l’été sera très difficile. Mais le constat est également valable à l’étranger, en Espagne par exemple. Bien qu’il fasse partie des clubs les plus puissants du monde, le FC Barcelone ne sortira pas indemne de cette crise. Pourtant, le champion d’Espagne en titre reste associé à un bon nombre de rumeurs dans l’optique du mercato. L’une d’entre elle mène à Neymar et revient chaque semaine comme un serpent de mer. Mais pour l’économiste du sport Pierre Rondeau, lequel a été interrogé à ce sujet par So Foot, il n’y aura aucun transfert délirant cet été. Le Barça peut donc oublier Neymar, tout comme le Real Madrid doit d’ores et déjà faire une croix sur Kylian Mbappé.

« Tout le monde est touché, sans exception, du Real Madrid au FC Sochaux, tout le monde perd de l’argent et se voit dans l’obligation d’imposer une certaine rigueur. L’argent circulera moins dans le circuit économique et des effets déflationnistes s’imposeront. Il ne faudra donc pas s’attendre à des transferts fous cet été, ni à des salaires faramineux. Les rumeurs de la presse espagnole d’une probable arrivée de Neymar ou de Mbappé au Real ou au Barça me font donc doucement rire ; et on pourra me ressortir cette phrase si jamais l’un des deux quitte Paris cet été ! Les clubs n’ont plus d’argent ! Le Barça, actuellement, perd 5 millions de dollars par jour ! Économiquement, et même moralement, c’est impossible d’avoir un mercato explosif cet été. Vous imaginez la barre des 500 000 morts atteinte et, à côté, le Real qui annonce la signature d’un joueur pour 150 millions d’euros ? On va voir une économie de troc et d’échange s’installer, des joueurs vont être prêtés, échangés, vendus à moins de 50 millions d’euros, mais pas plus. Cela pourra durer juste un an avant un retour à la normale dès l’année prochaine, ou pas. Toute la question sera de savoir combien de temps va durer la crise et quelles en seront les conséquences durables » a indiqué le spécialiste, pour qui le prochain mercato sera celui des prêts, des bonnes affaires et des joueurs à relancer plutôt que celui des stars. Cela sera assurément moins clinquant, mais pas automatiquement moins intéressant…