PSG : La guerre n’aura pas lieu, Navas va pleurer

PSG : La guerre n’aura pas lieu, Navas va pleurer

Héros du Paris Saint-Germain la saison dernière en Ligue des Champions, Keylor Navas voit son cauchemar du Real Madrid se reproduire.

Le Costaricien doit penser qu’il est maudit, ou que ses employeurs sont bien ingrats avec lui. A Madrid, le dernier rempart avait multiplié les parades et porté la Maison Blanche vers un succès en Ligue des Champions, avant de voir un Thibaut Courtois hésitant lui passer devant en raison principalement du montant de son transfert. Au PSG, le numéro 1 sort d’une saison ébouriffante, mais Leonardo a fait signer Gianluigi Donnarumma, qui représente l’avenir à ce poste. L’Italien, tout fraichement champion d’Europe, laisse pour le moment son rival débuter, mais pour Habib Beye, cela va rapidement changer. Pour l’ancien défenseur de l’OM, désormais consultant sur Canal+, la prise de pouvoir de l’ex-milanais est inévitable à court ou moyen terme. 

Navas est déjà condamné

« Cela fragilise forcément Navas parce qu'il voit un gardien de qualité arriver. Après, il a la chance d'avoir le vestiaire avec lui. Il y a une grande cohésion autour de Keylor Navas. Mais je considère que quand vous faites venir un gardien comme ça, vous êtes à moitié condamné. Tout va être scruté et je pense que la Ligue des champions l'année dernière a desservi à Navas. Face à City notamment et ce ballon fuyant... On ne se rend pas compte mais une petite erreur peut avoir une grosse répercussion dans le choix. Là, Navas joue à chaque fois avec cette épée de Damoclès. Je le vois condamné même si je le vois meilleur », a livré Habib Beye, qui sait que la sérénité est une arme décisive au poste de gardien de but. Et que Keylor Navas sent bien que sa tête sera réclamée à la première erreur majeure.