PSG : L'épouse de Di Maria n'était pas en boite, Pierre Ménès s'excuse

PSG : L'épouse de Di Maria n'était pas en boite, Pierre Ménès s'excuse

Icon Sport

Sur le plateau du Canal Football Club après la défaite du PSG contre Nantes, Pierre Ménès a glissé une petite phrase ayant fait un bad-buzz sur Twitter.

« La séquestration, c’est un peu normal. Il y a le couvre-feu. Sa femme n’était pas en boîte, elle était à la maison » a lâché le consultant, quelques minutes seulement après le coup de sifflet final du match entre le PSG et Nantes, alors qu’Olivier Tallaron venait d’annoncer le cambriolage au domicile d’Angel Di Maria. Vivement critiqué sur les réseaux sociaux, Pierre Ménès a tenu à s’expliquer en toute transparence sur cette polémique dans la pastille digitale de Canal +, « Pierrot Face Cam ».

« Je voulais revenir sur mes propos soi-disant scandaleux, désobligeants, enfin c’est un petit peu comme on veut. J’ai très mal dormi, j’ai imaginé m’excuser, mais j’ai fait ce que je ne fais jamais : j’ai revu l’émission. Et je suis désolé, mais je ne vois pas ce que j’ai dis de mal. D’abord, il faut se replacer dans notre contexte : on rentre à la fin du match sur le plateau, Habib et Gautier sont sur leur téléphone pour avoir des infos et au moment où on prend l’antenne, l’info qui revient le plus, c’est que la femme d’Angel Di Maria serait morte » explique Pierre Ménès, avant de poursuivre son argumentaire dans le détail.

« Donc c’est vrai qu’au moment où on a appris qu’il s’agissait d’un cambriolage, il y a eu une forme de soulagement chez nous. D’ailleurs j’ai vu qu’Hervé avait été critiqué pour dire « ce n’est pas si grave c’est un cambriolage ». Ensuite, on n’avait pas d’info, j’ai toute suite pensé qu’il y avait séquestration, à moins qu’elle ne soit pas à son domicile, avec le couvre-feu, elle était chez elle. J’aurais peut-être pu éviter de dire qu’elle n’était pas en boite, mais voilà… Pour les gens censés et dotés d’un cerveau normal, si j’ai pu les choquer, je m’en excuse platement ». Voilà des explications qui justifient le soulagement des consultants de Canal + à l’antenne, mais pas totalement le dérapage d’un Pierre Ménès conscient de son petit écart et qui a ainsi présenter ses excuses.