L1 : Quel sera le salaire de Neymar après la baisse ? Ça surprend !

L1 : Quel sera le salaire de Neymar après la baisse ? Ça surprend !

Photo Icon Sport

Les clubs de L1 et le syndicat des footballeurs ont trouvé un accord pour une baisse des salaires. Et Neymar, joueur le mieux payé de Ligue 1, intéresse encore plus.

On l’a appris mardi après-midi, les différents syndicats (joueurs, entraîneurs, salariés) et les représentants de la Ligue de Football Professionnel ont trouvé un accord afin de baisser provisoirement les salaires de l’ensemble des salariés des clubs. Privées de la totalité de leurs différentes recettes, (droits TV, billetterie…) les équipes de Ligue 1 n’avaient pas réellement d’autre solution que de trouver un accord afin d’éviter une catastrophe financière. Avant que ce deal soit officialisé, et surtout mis en application, il ne manque que la formalisation des documents, mais les choses devaient rapidement avancer. Pour cela, des joueurs devront accepter une baisse drastique sur les salaires, chaque tranche faisant l’objet d’un pourcentage différent.

Du côté de RMC, on a étudié le salaire de Neymar, joueur le mieux payé de Ligue 1 sous le maillot du Paris Saint-Germain. Actuellement, la star brésilienne du PSG empoche 3,06ME brut par mois, après l’accord il va lâcher du lest mais sans trop faire pleurer. « Sur la tranche 0 à 10.000 euros, il perçoit encore ses 10.000 euros, sur la tranche 10.000 à 20.000, il conserve 16.000 euros, sur la tranche 2. 000 à 50.000, il garde 35.000 euros, sur la tranche 50.000 à 100.000, il touche 60.000 euros, et enfin sur la dernière tranche, plus de 100.000, il empoche 1 million d’euros. Au total, Neymar, s’il accepte cet accord de branche, gagnera 1,12 million euros par mois durant toute la période pandémique, soit un écart de 1,94 millions d’euros avec ce qu’il touchait initialement, une baisse de 63% », explique le média. Précision utile, cette baisse fera l’objet d’une compensation dès que la saison 2020-2021 sera terminée, ces montants n’étant pas « offerts » par les joueurs, le staff et les salariés, mais juste un moyen de faire immédiatement baisser les charges des clubs en cette période de crise absolue.