L1 : Avec Shaqiri et Boateng, Lyon est dopé

L1 : Avec Shaqiri et Boateng, Lyon est dopé

Icon Sport

Suite à un début de saison mitigé, l’Olympique Lyonnais compte sur le talent de Peter Bosz et l’apport des nouvelles recrues, dont Boateng et Shaqiri, pour inverser la tendance. 

Certes, la victoire contre Nantes (1-0), juste avant la trêve internationale de septembre, a embelli les grands débuts de Peter Bosz à la tête du club rhodanien. Mais avec cinq points au compteur en quatre journées, l’OL est bien loin de ses standards. Déjà relégué à sept unités du PSG, l'Olympique Lyonnais va devoir enchaîner les bons résultats à la reprise, que ce soit en championnat ou en Europa League, pour se remettre le public du Groupama Stadium dans la poche. Pour cela, Bosz pourra compter sur les dernières recrues du mercato. Entre Emerson, vainqueur sortant de l’Euro avec l’Italie et de la Ligue des Champions avec Chelsea, Xherdan Shaqiri, souvent titré avec Liverpool, et Jérôme Boateng, champion du monde avec l’Allemagne et ancien cadre du Bayern Munich, Bosz a reçu le bonus d’expérience qu’il réclamait depuis son arrivée chez les Gones. Désormais, les choses sérieuses vont pouvoir commencer pour l’Olympique Lyonnais, comme l’explique Rob Maas, l'un des adjoints de longue date de Peter Bosz.

L'adjoint de Bosz confiant pour Lyon

« Les arrivées de Shaqiri et Boateng, c'est une très bonne chose pour le vestiaire. Ces gars ont tout gagné et je pense qu'on a besoin de joueurs comme eux. On sent que le groupe est attentif, qu'il les observe beaucoup et qu'il ressent la qualité et l'expérience de ces joueurs. Nous avons du talent dans cette équipe. Ok, Memphis n'est plus là mais ça, c'est le passé. Le plus important, aujourd'hui, c'est que l'équipe comprenne notre façon de travailler. On s'entraîne une fois par jour, mais on veut que les joueurs se donnent à 100 % dans ce qu'ils font. Sur la nouvelle méthode d'entrainement, ça va mieux. Mais au départ, les joueurs ne jouaient pas avec la tête, ils faisaient des passes sans réfléchir. En France, on court beaucoup sans ballon. C'est bien, mais nous, on a l'impression de perdre du temps à jouer sans ballon. On travaille mieux quand on l'intègre. On a pu constater quelques progrès déjà, collectivement, sur les premières journées », a détaillé, dans Le Progrès, le deuxième adjoint de Bosz, qui espère que ce discours positif se confirmera pour l'Olympique Lyonnais face à Strasbourg la semaine prochaine.