OL : Zappé par Garcia, Reine-Adelaïde s'incline

OL : Zappé par Garcia, Reine-Adelaïde s'incline

Photo Icon Sport

Jeff Reine-Adelaïde, qui continue de travailler sur son retour, est revenu sur une période précise de son début de saison, quand Rudi Garcia le laissait sur le banc à la surprise générale. 

Mal en point au classement mais toujours en course dans toutes les compétitions, l’Olympique Lyonnais peut encore tout connaitre cette saison, le pire comme le meilleur. Il faut dire que le début de saison, en dehors du passage des poules, a parfois ressemblé à un long cauchemar après des débuts prometteurs. A l’image de la disparition récurrente de Jeff Reine-Adelaïde, seule recrue qui semblait donner satisfaction, mais ne semblait pas convaincre Rudi Garcia. Souvent remplaçant, l’international espoirs se montrait pourtant capable de faire des différentes, sans inverser la tendance. Désormais blessé puisqu’il s’est fait les croisés en même temps que Memphis Depay, l’ancien du SCO d’Angers est revenu sur cette période un peu bizarre du début de saison, et se refuse de dire le moindre mot de travers à l’encontre du coach de l’OL, même si on sent bien qu’il n’a pas forcément tout compris à son traitement.

« C’est sûr que je ne m’attendais pas à une telle saison. On est dans un grand club, il y a beaucoup de concurrence. Au final, même si je pensais que je méritais de jouer, il y a un coach qui est là pour mettre de l’ordre dans l’équipe. C’est lui qui a le dernier mot et il faut accepter, continuer à travailler pour prouver au coach qu’on mérite. J’ai envie de jouer et de tout casser ! Je veux marquer des buts et faire marquer mes coéquipiers. Je veux prendre beaucoup de plaisir, jouer des matches internationaux et européens. J’ai envie de tout connaître à nouveau car j’ai été privé de football. C’est ce qui va me rendre heureux », a confié Jeff Reine-Adelaïde dans un entretien à Foot Mercato. Place désormais à la continuité des efforts pour revenir de blessure, et probablement avoir son mot à dire en fin de saison si la reprise continue d’être décalée.