OL : Un énorme complot contre Aulas, il balance tout

OL : Un énorme complot contre Aulas, il balance tout

Pour Dominique Séverac, le choix d'arrêter le championnat la saison passée a été pris dans le but d'écarter l'OL de Jean-Michel Aulas de la Coupe d'Europe.

Le 28 avril dernier, Edouard Philippe sifflait la fin de la saison 2019-2020 de Ligue 1 en raison du Covid-19. Alors que les championnats voisins avaient choisi de prendre des mesures pour rendre la fin de la saison possible, la L1 s'était donc brutalement arrêtée. À ce moment là, l'Olympique Lyonnais était en pleine remontée au classement. Un retour au premier plan stoppé net par la décision du gouvernement. Finalement 7e, les Gones étaient donc privés de Coupe d'Europe. Une décision qui pourrait être en lien avec son président. En effet, lors d'un échange avec OLNS, Dominique Séverac, journaliste du Parisien, a balancé un arrangement anti-OL.

« On s'est arrangé sur le dos de l'OL, je maintiens mes informations. Ils l'ont fait sciemment pour écarter Lyon de la coupe d'Europe. Ils ont fait ça parce que  Jean-Michel Aulas dérange. C'est une petite vengeance » a assuré le journaliste. Lorsque la décision de l'arrêt du championnat avait été rendu officiel, le boss de l'OL s'était dit scandalisé.

Un arrêt finalement profitable à Lyon ?

Très critiqué pour sa décision, Edouard Philippe avait eu l'occasion de s'expliquer sur les antennes de RMC. Il avait alors ironiquement répondu qu'au vu du parcours des clubs tricolores en Ligue des Champions (Paris en finale et Lyon en demi-finale), son choix avait peut-être finalement été profitable au football français. Si cette interprétation peut paraître quelque peu tirée par les cheveux, on peut néanmoins constater que le fait de ne pas jouer de Coupe d'Europe cette saison et donc d'être concentré à 100% sur la Ligue 1 permet certainement à l'OL d'être aujourd'hui toujours dans la course au titre. Nul doute que si Lyon parvenait à mettre la main sur un titre de champion qui lui échappe depuis 2008, Jean-Michel Aulas oublierait sans aucun doute la décision du gouvernement.