OL : Le plan de Textor s’écroule, Aulas en grand danger !

OL : Le plan de Textor s’écroule, Aulas en grand danger !

A 10 jours du rachat annoncé de l’Olympique Lyonnais, rien ne se déroule comme prévu. Cela pourrait avoir de graves conséquences pour Jean-Michel Aulas. 

Si Jean-Michel Aulas et John Textor affichent des sourires et de la confiance, la réalité est bien différente. Désormais, il semble difficile à envisager que tout soit bouclé pour la date du 30 septembre, qui était la limite fixée pour les négociations exclusives. L’Américain, qui était en visite express à Lyon ce week-end en marge du match face au PSG, est déjà reparti mais il a laissé dans le Rhône ses comptables et ses auditeurs. Ces derniers épluchent les comptes de l’OL mais cherchent surtout une solution à un problème de taille.

Les banques n'aiment pas le financement de Textor

Parmi les associés de John Textor, un certain Bill Foley, a vu son financement être refusé par les banques qui gèrent la dette de l’OL. Celle-ci doit être ramenée de 330 millions d’euros à 180 ME avec le rachat du club, et ce sont tout de même 13 établissements bancaires qui doivent donner leur accord sur le montage financier. Pour le moment, ce n’est pas le cas et John Textor cherche tout simplement toujours à boucler son tour de table pour arriver au montant espéré, annonce L’Equipe. L’investisseur assure de son côté avoir trouvé de nouveaux collaborateurs déjà expérimentés dans le football et qui vont permettre de finaliser le rachat, même si la date du 30 septembre pourrait ne pas être respectée.

C’est aussi ce qu’affirme Romain Molina, qui suit l’affairée de près et a émis des doutes très rapidement. « Textor s'agite de plus en plus pour le rachat de l'OL. Le plan de financement de base a foiré, il en cherche d'autres depuis des semaines (avec une personne qui avait essayé de racheter Chelsea) et raconte plein d'histoires (des banques refuseraient le mode de financement, etc.). Il appelle personnellement pas mal de monde pour rassurer, que ce n'est qu'une question de temps, mais il soumet déjà en privé l'hypothèse que la vente se fasse après le 30 septembre », a expliqué le journaliste indépendant. 

Un pacte des actionnaires fatal à Aulas ?

Et cette date du 30 septembre, si elle venait à être dépassée, pourrait changer beaucoup de choses. L’Equipe rappelle qu’un pacte des actionnaires existe depuis que Pathé et IDG ont annoncé leur retrait d’OL Groupe. Jusqu’au 1er juillet 2023, Aulas est en effet décideur pour le futur repreneur du club lyonnais, mais un échec avec John Textor remettrait en cause une vente rapide. Dès lors, Pathé et IDG pourraient reprendre la main, et revendre au plus offrant, sans se soucier du sort de Jean-Michel Aulas, qui ne serait plus l’actionnaire majoritaire si un repreneur récupéraient les parts des deux sociétés partantes. Un scénario que le président lyonnais veut à tout prix éviter, lui qui se voit bien rester encore quelques années à la tête de l’OL.