OL : Aulas et Le Graët, c’est la guerre pour la FFF

OL : Aulas et Le Graët, c’est la guerre pour la FFF

Photo Icon Sport

Prévues dans un premier temps à l’automne 2020, les élections fédérales ont finalement été reportés au premier trimestre 2021 en raison de la crise du Covid-19.

La Fédération Française de Football n’a pas échappé à ce réaménagement du calendrier puisque le scrutin programmé le 12 décembre à Paris a été déplacé au 13 mars 2021. La question est bien évidemment de savoir si Noël Le Graët sera candidat à sa propre succession. Du haut de ses 78 ans, le président de la FFF s’est imposé comme le patron du football français durant la crise, imposant parfois ses décisions comme celle de refuser la Ligue 2 à 22 clubs. « Validée par certains membres de sa garde rapprochée, la stratégie de Noël Le Graët aurait été de briguer un nouveau mandat en cette fin d'année, surtout si l'Euro avait été favorable aux Bleus en ce début d'été » indique le journal L’Equipe en cette fin de semaine.

Toutefois, il est également envisageable de voir Noël Le Graët passer la main à un membre du COMEX de la FFF dès la prochaine élection du mois de mars 2021. « Tout le monde pensait à Jean-Michel Aulas » explique le quotidien. Mais il s’avère que Noël Le Graët n’a pas du tout apprécié l’attitude du président de l’Olympique Lyonnais durant la crise du coronavirus. « JMA » a perdu des points auprès de Le Graët, qui aurait désormais en tête de favoriser l'ascension de Marc Keller dans les arcanes du pouvoir fédéral. Le dirigeant breton mise de plus en plus sur le président du RC Strasbourg, qui a été élu sur sa liste en mars 2017 en compagnie d'un autre Alsacien Albert Gemmrich » indique le média. Jean-Michel Aulas pourrait donc avoir perdu gros durant cette crise, lui qui n’a jamais caché son intérêt pour des hautes responsabilités au sein de la FFF.