OL : Aouar en sauveur, Arsenal doit combler Aulas

OL : Aouar en sauveur, Arsenal doit combler Aulas

Photo Icon Sport

Lundi soir, Liverpool n’a pas véritablement forcé son talent pour venir à bout d’Arsenal (3-1) sur la pelouse d’Anfield.

Les Gunners de Mikel Arteta avaient rapidement ouvert le score par l’intermédiaire d’Alexandre Lacazette. Mais la réaction des Reds a été foudroyante, et n’a laissé aucune chance aux partenaires de Pierre-Emerick Aubameyang. Depuis le début du mercato, la formation londonienne n'a fait qu'un gros investissement avec l'achat de Gabriel en provenance du LOSC pour 25 ME, en plus de William Saliba et Willian. Cette ultime semaine du mercato estival pourrait ainsi être mouvementée à Arsenal, qui a fait d’Houssem Aouar sa priorité absolue. Une arrivée essentielle pour nourrir de grandes ambitions selon Ian Wright, qui a porté les couleurs d’Arsenal de 1991 à 1998.

« C’était comme un match d’entraînement pour Liverpool. Les Reds n’ont eu aucune difficulté à mettre leur jeu en place et à avancer car au milieu, Arsenal n’avait personne suffisamment à l’aise pour conserver le ballon, avoir des temps de possession, jusqu’à l’entrée en jeu de Ceballos. Arsenal a impérativement besoin de quelqu’un capable de recevoir le ballon dos au but, capable de se retourner et faire avancer le jeu. A partir de ce moment-là, Arsenal pourra être ambitieux. Il est impératif que dans ce registre, Arsenal obtienne la signature d’Houssem Aouar » a jugé dans des propos rapportés par Metro l’ancien attaquant et international anglais, pour qui il manque cruellement un joueur au profil similaire à celui d’Houssem Aouar au sein de l’effectif des Gunners. Un constat vraisemblablement partagé par Mikel Arteta puisque le technicien espagnol fait du joueur formé à l’OL sa priorité depuis plusieurs semaines. Reste maintenant à voir si le club londonien se rapprochera des exigences de Jean-Michel Aulas dans les jours à venir. Pour rappel, le président de l’Olympique Lyonnais réclame entre 40 et 50 ME pour laisser filer son meneur de jeu d’ici à dimanche soir…