OL : 200 joueurs et pas une signature, Lyon s’explique

OL : 200 joueurs et pas une signature, Lyon s’explique

Icon Sport

Le mercato s’est terminé de manière très bizarre à l'Olympique Lyonnais.

Peter Bosz voulait un attaquant pour compléter son équipe et compenser le départ de Memphis Depay, qui n’est tout de même pas le premier venu. Il aura eu un défenseur expérimenté, alors que l'OL laissait entendre quelques jours plus tôt que les joueurs présents dans ce secteur de jeu suffisaient. Impossible de critiquer le fait d’avoir fait signer Jérôme Boateng, qui était titulaire au Bayern Munich la saison passée, et a remporté la Ligue des Champions il y a un an de cela. 

Mais l’inquiétude se porte en effet sur la composition de l’attaque chez les suiveurs lyonnais, qui n’ont pas vu de départs, et encore moins d’arrivées ces derniers jours. Et pourtant, ce ne sont pas les offres qui ont manqué, puisque Vincent Ponsot, le directeur général adjoint de l’OL, a fait quelques confidences dans Le Progrès sur ce 31 aout. « On a du recevoir 200 appels pour des joueurs, et on nous proposait encore un attaquant à 23h30 », a lancé le dirigeant lyonnais, pour qui cet ultime jour du mois d’août a été chaud. Mais en dehors de la signature libre de Jérome Boateng, qui n’était donc pas un dossier si urgent que cela ce mardi, l’OL n’a pas bronché. Les supporters auraient certainement aimé que l’un de ces 200 coups de fil débouche sur un coup tenté. 

Attendre janvier pour des attaquants à l’OL

Même s’il est rare que les « panic-buy » de la fin du mercato soient des paris payants, l’immobilisme lyonnais laisse tout le monde sur sa faim. Surtout quand, en conférence de presse, Jean-Michel Aulas et Juninho assurent qu’ils travaillent déjà avec Peter Bosz sur des recrues offensives pour cet hiver. D’ici là, il y aura cinq mois de championnat et de Coupe d’Europe, et il faut espérer pour Lyon que son attaque non renforcée ne coûte pas de précieux points dans la course au podium.