Aulas suspendu pour « refus de serrer la main et hochement de tête » !

Aulas suspendu pour « refus de serrer la main et hochement de tête » !

Photo DR

Dans la longue histoire des sanctions du football français, Jean-Michel Aulas vient d’écrire une nouvelle page en étant sanctionné cette semaine par le Conseil national de l’éthique (CNE) d’un match de suspension ferme suite à la Finale de la Coupe de la Ligue. Tandis que Rémi Garde a fait l’objet d’un simple rappel à l’ordre, le président de l’Olympique Lyonnais a lui été puni, non pas sur ses critiques à l’encontre des arbitres, qui ont été jugées « mesurées » par les gardiens de l’éthique au sein de la FFF. Non, ce qui n’a pas été du goût de ces derniers, c’est l’attitude de Jean-Michel Aulas lors du passage de M.Lannoy devant lui au moment de la remise des trophées. Le patron de l’OL avait d’abord refusé de serrer la main de l’arbitre, pas réellement bon ce soir-là, avant de finalement le saluer, une fois lui avoir parlé. C’est cette attitude qui a hérissé le poil du CNE. 

« Il est établi qu’à l’issue de la Finale de la Coupe de la Ligue et plus précisément lors de la remise des récompenses, M. Jean-Michel Aulas n’a pas serré la main de M. Stéphane Lannoy lorsque celui-ci lui a tendu la sienne et a, dans le même temps, effectué un hochement de tête de gauche à droite synonyme de négation, avant d’échanger quelques mots avec lui, pour finalement lui serrer la main (…) Sans remettre en cause le droit pour M. Jean-Michel Aulas, comme tout acteur  du football, d’exprimer son désaccord notamment sur l’arbitrage, l’accumulation de ses deux gestes - refus de serrer la main que lui présentait l’arbitre et hochement de tête -  au premier plan des images télévisées, ne constitue pas une attitude appropriée et exemplaire pourtant attendue d’un président de club de football professionnel, quand bien même serait-il déçu (…) Contrairement à ce que soutient le club lyonnais, la circonstance que M. Jean-Michel Aulas a adopté un tel comportement face aux caméras, ce qu’il ne pouvait nier, et donc publiquement, suffit à caractériser l’intention de sa part d’offenser l’arbitre… », explique le Conseil National de l’Ethique avant d’annoncer sa sentence, à savoir un match de suspension ferme à l’encontre du patron de l’Olympique Lyonnais.