OM : Willy Sagnol allume Eyraud, il n’y connait rien en foot

OM : Willy Sagnol allume Eyraud, il n’y connait rien en foot

Photo Icon Sport

Depuis plus d’une semaine, l’Olympique de Marseille traverse une grande période de flou à la suite de l’annonce du départ d’Andoni Zubizarreta.

Le choix de Jacques-Henri Eyraud a déclenché une véritable tornade en Provence pour la simple et bonne raison qu’André Villas-Boas avait toujours lié son avenir à celui du directeur sportif espagnol. C’est donc sans surprise que les supporters se sont retournés contre leur président, eux qui militent évidemment pour le maintien d’AVB au poste d’entraîneur. Ce week-end, plusieurs dizaines de supporters marseillais s’étaient d’ailleurs rassemblés devant la Commanderie pour exprimer leur colère et réclamer le départ de Jacques-Henri Eyraud. Sur l’antenne de RMC, Willy Sagnol n’a pas vraiment défendu JHE. Bien au contraire même puisque l’ancien défenseur des Bleus l’a comparé à Frédéric Longuépée, son homologue de Bordeaux qui ne fait pas non plus l’unanimité...

« En France, on a deux présidents de clubs qui sont en grande difficulté avec leurs supporters, Monsieur Jacques-Henri Eyraud à Marseille et Monsieur Frédéric Longuépée à Bordeaux, et le parallèle entre eux est frappant car ce sont deux projets américains ayant parachuté un président. Je suis persuadé qu'Eyraud et Longuépée, ce n'est même pas qu'ils sont étrangers au foot, c'est qu'ils n'ont jamais regardé un match de foot de leur vie avant de venir. Moi, je pars du principe que tout est pardonnable dans la vie, et surtout l'achat d'un mauvais joueur, mais que la chose que les supporters ne pardonnent pas c'est la froideur des dirigeants. Mais à Marseille et à Bordeaux, en plus de cette extrême froideur dont ils ont fait montre, ils ont fait plein d'erreurs » a violement attaqué Willy Sagnol, avant de conclure. « Le foot, ce n'est pas que des mathématiques et un budget, il faut apporter une plus-value sportive, d'abord, et économique avec les choix qu'on fait. Et moi je suis inquiet quand tous les dirigeants ne viennent pas du monde du football ». Une attaque qui ne manquera pas d’agacer Jacques-Henri Eyraud, lequel a toujours clamé être un grand fan de football depuis de longues années.