OM : Un appel au calme pour Benoît Bastien à Rennes

OM : Un appel au calme pour Benoît Bastien à Rennes

Désigné pour le match entre le Stade Rennais et l’Olympique de Marseille ce samedi soir en Ligue 1, Benoît Bastien fait déjà l’objet de critiques chez les supporters marseillais. Beaucoup rappellent un certain passif entre l’arbitre et le club phocéen. Un contexte finalement relativisé.

En déplacement à Rennes pour un match important, l’Olympique de Marseille joue gros ce samedi soir. Cette rencontre de la 37e journée pourrait être décisive pour l’attribution de la deuxième place de Ligue 1, et pour une qualification directe en Ligue des Champions. C’est pourquoi la désignation de Benoît Bastien a immédiatement fait réagir les supporters olympiens. L’arbitre international a laissé quelques mauvais souvenirs aux Marseillais, à commencer par ce fameux but refusé à Lucas Ocampos contre l’Olympique Lyonnais en 2015, alors que le ballon avait nettement franchi la ligne.

Beaucoup se souviennent aussi d’un penalty non accordé à Valère Germain à Nîmes en août 2018, alors que les assistants à la VAR avaient tenté de lui signaler son erreur. Et plus récemment, c’est encore Benoît Bastien qui avait demandé aux Marseillais de revenir sur le terrain à Nice l'été dernier, alors que des supporters niçois avaient pénétré sur la pelouse pour agresser des joueurs. Rien de très rassurant pour l’Olympique de Marseille, qui n’a remporté que 7 de ses 28 matchs dirigés par Benoît Bastien. Mais comme souvent lorsque l’on parle d’arbitrage, un brin de subjectivité et de mauvaise foi peut apparaître dans les avis.

Benoît Bastien n'est pas anti-OM

D’ailleurs, le média Le Phocéen, spécialiste de l’Olympique de Marseille, a tenu à relativiser ces critiques. Nos confrères admettent par exemple qu’outre le penalty refusé à Valère Germain, Nîmes avait amplement mérité sa victoire (3-1). Il est également rappelé que Benoît Bastien ne souhaitait pas reprendre Nice-OM, avant de subir des pressions à l’Allianz Riviera. Enfin, Le Phocéen s’aperçoit que l’arbitre international croise les Marseillais dans de grandes affiches, et donc face à des adversaires forcément coriaces… comme le Stade Rennais.