OM : Tapie déchainé, Boudjellal se fait humilier avec son Zidane

OM : Tapie déchainé, Boudjellal se fait humilier avec son Zidane

Photo Icon Sport

Malgré son long combat contre la maladie, Bernard Tapie reste très attentif à la situation de l’OM.

Il en fut le président des grandes années, et demeure un personnage très apprécié dans la cité provençale. S’il n’a pas toujours porté ses successeurs dans son coeur, l’ancien Ministre a mis beaucoup d’eau dans son vin en vieillissant, et il mesure à quel point cela doit être difficile de présider l’Olympique de Marseille et son public passionné et exigeant, tout en étant loin d’avoir l’un des plus grands budgets d’Europe comme ce fut le cas dans les années 1990. Ainsi, « Nanard » ne supporte plus les incessantes attaques de Mourad Boudjellal, qui a tenté de porter une offre fantomatique de rachat du club l’été dernier, et tape depuis sur Jacques-Henri Eyraud à chaque fois qu’un micro lui est tendu, c’est à dire toutes les cinq minutes.

« Ce que fait Boudjellal, ce n’est pas bien. Ni pour lui, ni pour le club. Et que l’on soit content ou pas que l’OM n’est pas à vendre n’est pas le problème. Le problème, c’est qu’on ne doit pas jouer avec les émotions des supporters de l’OM, d’autant plus en ce moment avec le parcours désespérant en Ligue des champions. Là, il rajoute de l’huile sur le feu avec des propos complètement irréalistes. Je l’ai entendu dire ’On fait venir Zidane entraîneur’ Et pourquoi pas Mbappé et Messi. C’est bien gentil de faire rêver les gens mais au final, tu fais du mal au club. Ajouter de l’espérance qui ne repose sur rien est nuisible. En plus, avec l’état d’esprit qui règne aujourd’hui au sein du foot, ses sorties médiatiques sont malsaines et inutiles », a balancé Bernard Tapie dansa les colonnes de son journal, La Provence. Et l’ancien président de l’OM d’achever celui qui rêve de l’être, en s’étonnant de l’amateurisme de son approche auprès du club phocéen l’été dernier, avec une communication catastrophique et surtout des moyens finalement très limités.