OM : Sampaoli c'est dieu, Roustan craque déjà

OM : Sampaoli c'est dieu, Roustan craque déjà

Icon Sport

Au fond du trou il y a une semaine, l’OM s’est totalement relancé en l’espace de deux matchs dirigés par Jorge Sampaoli.

Sept jours après sa prise de fonctions, Jorge Sampaoli a déjà conquis les joueurs et les supporters de l’Olympique de Marseille. Avec deux victoires de rang au Vélodrome, l’ex-sélectionneur du Chili a parfaitement réussi ses débuts sur le banc de l’OM. Sur l’antenne de La Chaîne L’Equipe, Didier Roustan a surtout applaudi les risques tactiques de Jorge Sampaoli face à Brest, plutôt que son caractère explosif, régulièrement mis en avant par les médias. Et pour cause, tandis que le bateau marseillais tanguait sérieusement contre Brest, Jorge Sampaoli a joué la gagne en faisant sortir Alvaro Gonzalez pour faire entrer Luis Henrique. Un choix payant, le Brésilien ayant délivré deux passes décisives dans les cinq dernières minutes du match. L’occasion de rendre un premier bel hommage à Sampaoli pour Didier Roustan ainsi que de lancer un pic à l’endroit des entraîneurs français.

« Je suis séduit par Sampaoli et personnellement je ne suis pas surpris car je suis son parcours et je connais le lascar depuis un certain temps. Il a eu parfois des échecs mais je suis séduit car il va se passer quelque chose. De temps en temps, il le prendra dans la gueule, c’est clair. On me dit que les résultats se goupillent bien avec des buts à la 88e mais c’est lui qui fait en sorte que ça se goupille bien et que la rencontre bascule. Je peux te dire que ce match contre Brest, je l’ai commenté et l’OM a eu des moments très difficiles. L’OM ne marque pas le deuxième but dans le premier quart d’heure de la deuxième mi-temps et à 20 minutes de la fin, 95% des entraîneurs français auraient fermé la boutique en jouant la sécurité. Or lui, Sampaoli, il fait entrer Luis Henrique, il n’a pas peur de sortir Alvaro qui fait la gueule de sortir car c’est un monument là-bas » a souligné le président de l’Equipe du Soir, ravi de voir une icône du football sud-américain faire le bonheur de l’OM, sept ans après Marcelo Bielsa.