OM : Maxime Lopez dézingue le projet McCourt

OM : Maxime Lopez dézingue le projet McCourt

Icon Sport

Désormais en Serie A depuis qu'il a été prêté à Sassuolo, Maxime Lopez regrette la manière dont l'Olympique de Marseille gère les jeunes formés au sein du club phocéen.

Pendant longtemps Maxime Lopez a représenté l’avenir de l’OM, le jeune milieu de terrain, issu du centre de formation, étant présenté comme l’exemple même de ce que devait faire l’Olympique de Marseille pour se développer. Mais finalement, le 5 octobre 2020, dans les derniers moments du mercato, Maxime Lopez a quitté son club formateur pour être prêté avec option d’achat à Sassuolo en Serie A. Un club où le milieu marseillais s’éclate. Cependant, lorsqu’il se retourne sur la situation de l’OM, Maxime Lopez avoue que les dirigeants ont bien du mal à mettre en pratique une vraie politique de formation. Car bien souvent, la priorité est donnée à des joueurs venus de l’extérieur, à qui Marseille fait confiance coûte que coûte. Et si l’en vise personne, le joueur de Sassuolo n’est pas loin de cibler Pablo Longoria, devenu président de l’OM.

Maxime Lopez mécontent de la politique de l'OM

Répondant à Johann Crochet, spécialiste du football italien notamment pour RMC, Maxime Lopez a fait part de ses énormes regrets. « Il y en a de la qualité à l’Olympique de Marseille, j’en connais des très bons joueurs qui étaient au centre de formation de l’OM. C’est juste qu’à ce moment là, on préfère faire venir un mec de l’autre bout du monde que de faire jouer un jeune de Marseille. On demande pas d’en sortir 15, mais 2-3 par an. Après faut voir ce que les directions en place veulent. Est-ce le projet est de faire sortir des jeunes ? J’en suis pas sûr. Aujourd’hui, il y a 5-6 joueurs qui peuvent rentrer. Il y a de la qualité, mais ça vient juste de la politique du club », a confié le milieu de terrain, clairement désolé de ce choix fait par l'OM, où la confiance accordée aux jeunes n'est pas compatible avec l'attente de bons résultats rapides sur le plan sportif.