OM : Marseille libère ses joueurs traumatisés

OM : Marseille libère ses joueurs traumatisés

Opposé au Paris Saint-Germain dimanche soir, l’Olympique de Marseille prépare le Classique dans un contexte difficile. La direction olympienne a donc accepté de s’adapter et de laisser ses joueurs dans un climat plus serein avant cette rencontre de la 24e journée de Ligue 1.

Après cinq rencontres sans victoire en championnat, l’Olympique de Marseille serait bien inspiré de se relancer. Le club phocéen a certes deux matchs en retard, mais les places européennes commencent à s’éloigner dangereusement. Le problème, c’est que les Marseillais s’apprêtent à défier le Paris Saint-Germain qui n’a pas non plus le droit à l’erreur dans la course au titre. Le tout dans un contexte particulièrement compliqué. Pour commencer, il est évident que les rumeurs d’une éventuelle vente du club ne sont pas passées inaperçues dans le vestiaire. Pas l’idéal pour se focaliser sur le Classique, d’autant que les Olympiens sont privés d’un véritable entraîneur puisque le Portugais André Villas-Boas, mis à pied à titre conservatoire, n’est que remplacé par le responsable de la formation Nasser Larguet.

Cette solution provisoire a permis à l’équipe d’arracher un point à Lens (2-2) mercredi. Mais nul doute que la tâche sera beaucoup plus difficile ce week-end, sachant que les joueurs restent marqués par les incidents de la semaine dernière, lorsque des supporters ont débarqué de force à la Commanderie pour exprimer leur mécontentement avec agressivité. Et cela même si ce samedi une délégation de supporters phocéens a été conviée, pacifiquement, à venir discuter avec Steve Mandanda et ses coéquipiers pour calmer l'énorme tension. Quoi qu'il en soit, l’Olympique de Marseille a pris une décision importante. A la veille du match face aux Parisiens, les joueurs sont autorisés à passer la nuit chez eux puisque la mise au vert prévue au centre d’entraînement a été annulée. L’occasion pour les coéquipiers de Florian Thauvin de préparer la rencontre dans un contexte plus serein avant de revenir dimanche à la mi-journée.