OM : Mandanda fait un aveu, il pourrait bien rester à Marseille

OM : Mandanda fait un aveu, il pourrait bien rester à Marseille

Photo Icon Sport

Désormais en pleine préparation à Clairefontaine pour l’Euro 2016 avec l’équipe de France, Steve Mandanda ne s’occupe pas trop de son avenir.

Enfin, c’est ce qu’il dit... Bien entendu, le deuxième gardien des Bleus pense en priorité à l’Euro, qui débutera le 10 juin prochain avec le match d’ouverture entre la France et la Roumanie. Mais le gardien de l’OM n’occulte pas pleinement son avenir. Après neuf saisons sous le maillot marseillais, le portier de 31 ans se situe à un tournant de sa carrière. Samedi dernier, après la défaite en finale de Coupe de France contre le PSG (2-4), le natif de Kinshasa avait déclaré avoir joué son dernier match sous le maillot olympien. Mais, dans un entretien sur RMC ce jeudi, Mandanda a été moins catégorique...

« Est-ce que c’était mon dernier match avec l’OM contre le PSG ? C’est une grande tendance. Mais pour aller où ? Je ne sais pas. Aujourd’hui, c’est difficile pour moi d’en parler parce que je n’ai pas plus d’éléments que ça. On ne sait pas de quoi l’avenir sera fait, car dans le mercato on sait tous que c’est assez compliqué. Et j’ai un poste particulier. Je peux très bien me retrouver encore à l’OM la saison prochaine, je ne sais pas. C’est clair que Marseille, c’est ma famille, c’est où j’ai grandi, où j’ai appris, où j’ai tout découvert. Avec les supporters, il y a un respect mutuel. Je les aime, comme ils m’aiment aussi je pense. J’ai passé neuf ans là-bas que je ne peux pas oublier. Et si j’étais amené à partir, c’est clair que ça serait un déchirement et que ça serait difficile... L’étranger, ça serait quelque chose de bien à 31 ans. Ça serait une belle aventure sur le plan sportif et personnel. Ce sont des choses qu’on regarde et qu’on suit attentivement. Les deux championnats qui m’attirent le plus, ce sont la Premier League et la Liga », a expliqué Mandanda, qui ne quittera donc pas l’OM pour n’importe quel projet... Une façon comme une autre de montrer son désir de franchir un vrai pallier dans la hiérarchie européenne.