OM : Le véritable bug du mercato de Marseille dévoilé

OM : Le véritable bug du mercato de Marseille dévoilé

Photo Icon Sport

Cet été, l’Olympique de Marseille a tenté d’être malin afin de renforcer son effectif à moindre coût durant le mercato.

Jacques-Henri Eyraud et Pablo Longoria ont privilégié le recrutement de joueurs libres ou sous la forme de prêt, à l’instar de Leonardo Balerdi, Yuto Nagatomo, Pape Gueye ou encore Michaël Cuisance. Une seule recrue a fait exception à la règle : Luis Henrique. En effet, Marseille a posé 8 ME sur la table afin de recruter la pépite brésilienne en provenance de Botafogo. Mais au-delà du niveau du joueur, qui est une véritable interrogation en Provence, c’est surtout le fait que le seul joueur ayant été recruté pour un peu d’argent cire le banc des remplaçants qui pose question. Interrogé à ce sujet sur Football Club de Marseille, le journaliste Nicolas Filhol a pointé du doigt ce très gros problème du mercato.

« On peut se poser quand même la question où tu te retrouves à être qualifié en Ligue des Champions et ton mercato n’est pas satisfaisant. Le seul joueur sur qui tu as misé de l’argent c’est Luis Henrique (8 millions d’euros pour 70%) et il ne joue pas et n’apporte rien. Soit il n’est pas prêt, soit il y a un problème. Le trading c’est joli, mais si le joueur ne joue pas ça ne sert à rien. Le joueur tu ne le revendras jamais, ou alors dans deux ans. Est-ce que c’était le moment, l’année où tu joues enfin la Ligue des Champions de miser 8 millions d’euros sur un joueur qui ne joue pas. Tu peux aussi te poser la question sur d’autres joueurs, mais notre ami Nagatomo c’est une merguez. Sur ce match (vs Strasbourg) il est transparent complet. C’est donc aussi un recrutement où on peut se poser des questions. Tes recrues ne font pas de folies et pourtant c’est l’année où tu joues la Ligue des Champions » a lancé le journaliste, pour qui la stratégie globale du mercato de l’OM n’était sans doute pas la bonne cet été. Sans pour autant enterrer définitivement un jeune espoir comme Luis Henrique…