OM : L'UEFA fait un effort, mais Marseille abuse

OM : L'UEFA fait un effort, mais Marseille abuse

Photo Icon Sport

En grande difficulté économique, l’Olympique de Marseille voit la trêve forcée du football plomber encore plus ses comptes.

Car si cela lui permet sportivement de valider sa deuxième place synonyme de Ligue des Champions, les rentrées d’argent sont désormais extrêmement réduites. D’autant que les gros salaires du club n’ont toujours pas bougé le petit doigt, et refusent le moindre effort financier. L’addition va être salée, et ce n’est pas l’effort que consent à effectuer l’UEFA dans le cadre du fair-play financier qui va forcément arranger les choses. Consciente que les difficultés économiques allaient toucher tout le monde, l’instance européenne travaille sur un assouplissement des règles pour éviter de taper à tout-va sur des clubs qui mordent déjà la poussière. Selon RMC, plusieurs arrangements seront mis en place, notamment l’élargissement du déficit autorisé à 60 ME sur deux ans, et non plus 30 ME sur un an. De même, l’étude des cas financiers sera repoussé en 2020, et l’UEFA se penchera sur les comptes seulement en 2021, histoire de laisser le temps aux clubs de retrouver leurs revenus.

Mais même avec ces considérations, l’OM ne rentrerait pas dans les clous loin de là. En poussant le curseur à 60 ME de déficit autorisé en deux ans, l’UEFA ne récupère pas le club provençal, qui a par exemple perdu 86 ME sur la seule année 2018-2019. Le déficit structurel lors de la saison précédente était de 78,5 ME, et celui prévu avant même la crise du Covid-19 pour la saison 2019-2020 était de 50 à 60 ME. Il pourrait dépasser la barre des 100 ME et provoquer donc de sévères sanctions de la part de l’UEFA, qui n’a pas encore communiqué pour dévoiler comment elle procéderait pour les clubs déjà sous enquête avant la crise sanitaire. En tout cas, même avec les assouplissements prévus, l’OM ne passera pas au travers des gouttes, loin de là. Seule possibilité, avoir un petit joker de temps avec les retards pris dans les rendez-vous et les décisions, et permettre ainsi aux troupes d’André Villas-Boas de disputer comme prévu la Ligue des Champions la saison prochaine.