OM : Igor Tudor, le doute l'habite encore et toujours

OM : Igor Tudor, le doute l'habite encore et toujours

Icon Sport

Désigné en urgence pour remplacer Jorge Sampaoli, Igor Tudor a du mal à convaincre le Vélodrome. Pourtant l'OM débute bien sa saison de Ligue 1. Mais Samuel Ollivier a lui aussi du mal à croire en Tudor.

Le 2 juillet 2022, à la surprise générale, et seulement 24 heures après la confirmation de la rupture entre l’OM et Jorge Sampaoli, Igor Tudor était confirmé au poste d’entraîneur du club phocéen. L’ancien technicien croate du Hellas Vérone rejoignait Marseille sans susciter un énorme enthousiasme auprès des supporters, lesquels regrettaient déjà le coach argentin qui avait qualifié son équipe pour la Ligue des champions. Après des matchs de préparations très compliquées, Igor Tudor était même hué avant le tout premier match de Ligue 1 contre Reims dans un Vélodrome frondeur. Nonobstant cela, l’entraîneur de 44 ans réussit de bons débuts puisque l’OM compte 7 points en 3 matchs. Pourtant, l’ancien défenseur international croate a toujours du mal à convaincre et sur la chaîne L’Equipe on l’a encore constaté. 

Payet, Guendouzi...à quoi joue Igor Tudor avec l'OM ?

Au moment de débattre de l’Olympique de Marseille version Igor Tudor, Samuel Ollivier a confié qu’il était loin de crier au génie. « Si Igor Tudor a levé tous les doutes ? Quand on regarde le contenu des matchs, il y a des choses qui sont relativement inquiétantes. Regardez aussi les adversaires, on parle d’une victoire contre Nantes à la 82e sur un contre-son-camp, il y a eu un nul contre Brest et Reims. Alors rien que sur ces points, il faut être mesuré et attendre de voir lors des prochains matchs qui seront plus difficiles. J’ai aussi beaucoup de questions sur l’utilisation des cadres. Guendouzi qui joue en 10 sans que ce soit compréhensible. Est-ce que quelqu’un peut aujourd’hui expliquer ce qu’il se passe avec Dimitri Payet ? », s’interroge le journaliste de Prime Video. On saura en fin de saison si ces doutes étaient justifiés ou si Tudor a juste payé le fait d'être le successeur du bouillant Sampaoli qui avait fini par emballer tout le monde.