OM : Eyraud se fiche de lui, René Malleville riposte et c’est violent

OM : Eyraud se fiche de lui, René Malleville riposte et c’est violent

Photo Icon Sport

Dans son édition du jour, La Provence a consacré une page pleine à Jacques-Henri Eyraud. Et le président de l’Olympique de Marseille n’est pas épargné.

De nombreux salariés, pour la plupart virés par Jacques-Henri Eyraud, ont témoigné contre le président de l’OM. Dans son article, le quotidien régional raconte par ailleurs les dessous de la présidence de « JHE », expliquant notamment que le président olympien s’était ouvertement moqué de René Malleville devant de nombreux cadres du club. Une anecdote qui ne passe pas chez les supporters olympiens, lesquels réclament avec force le départ de Jacques-Henri Eyraud au point d’avoir fait du hashtag « Eyraud démission » l’un des premiers en tendance France ce mardi. Via son compte Twitter, le supporter emblématique de l’OM René Malleville a réagi aux moqueries de Jacques-Henri Eyraud, le qualifiant par ailleurs de pire président de l’histoire du club phocéen.

« Qu’est-ce que je vois sur les réseaux sociaux ? Monsieur Jacques-Henri Eyraud qui se permet de dire des choses sur mon compte qui me révulse. Je remercie La Provence qui prouve que les journalistes, à Marseille, ils en ont. Je vais te dire, Jacques-Henri Eyraud, je suis l’OM depuis 1959. J’ai connu 26 présidents, j’ai connu 69 entraîneurs. Pour la plupart, on les a oubliés, mais moi je suis encore là. Toi, tu ne seras plus là, j’espère dans pas longtemps. Mais les supporters et moi, nous serons toujours là. Le jour où je mourrais, je mourrais supporter de l’Olympique de Marseille. Toi, tu te permets de critiquer les supporters, tu es vraiment le pire président que j’ai connu sur 26. Tu as compris ? Tu es le pire ! J’en suis presque à demander le retour de Vincent Labrune ! A côté de toi, c’est l’Einstein des présidents de l’OM. Je n’en dirais pas plus. Merci à tous ceux qui me défendent sur les réseaux sociaux » a balancé René Malleville, révolté à la lecture de l’article de La Provence.