OM : Arek Milik à la Juve, Cristiano Ronaldo sera décisif

OM : Arek Milik à la Juve, Cristiano Ronaldo sera décisif

Icon Sport

Prêté 18 mois à l’OM avec obligation d’achat, Arkadiusz Milik est en train de réussir son pari en brillant à Marseille, ce qui lui a permis de retrouver la sélection polonaise.

Aux commandes de la Pologne depuis quelques mois, Paulo Sousa a fait le choix de rappeler Arek Milik, auteur de quatre buts en l’espace de sept matchs à l’Olympique de Marseille. Au placard à Naples, le n°19 de l’OM réussit le coup parfait en se relançant de la meilleure des façons à moins de six mois de l’Euro. Ses prestations réjouissent les dirigeants phocéens, bien conscients d’enfin compter dans leurs rangs un grand attaquant. La réussite insolente d’Arek Milik pourrait néanmoins attirer la convoitise de certains grands clubs européens dans l’optique du prochain mercato estival. C’est notamment le cas de la Juventus Turin, selon les informations de Calcio Mercato. Mais la potentielle venue d’Arek Milik chez le champion d’Italie en titre dépend exclusivement de l’avenir d’un certain Cristiano Ronaldo.

Milik ou Icardi, la Juve a deux plans

Le média dévoile que si CR7 faisait le choix de rester à la Juventus Turin, alors le directeur sportif turinois Fabio Paratici ne disposerait pas d’une grosse enveloppe financière pour renforcer son attaque. En ce sens, la piste Arek Milik, estimée à moins de 15 ME sur le marché des transferts, serait très tentante pour la Vieille Dame. Le départ de Cristiano Ronaldo et de son salaire totalement hors sol enterrerait en revanche le dossier Milik pour la Juventus Turin, qui aurait beaucoup plus de moyens et qui viserait alors un attaquant plus fort ou plus jeune. Le nom d’un certain Mauro Icardi est de nouveau lâché. L’attaquant du PSG pourrait être la cible n°1 de la Juventus pour combler un potentiel départ de Cristiano Ronaldo, devant Arkadiusz Milik. Du côté de l’Olympique de Marseille, le président Pablo Longoria a encore répété ce week-end à Laurent Paganelli en marge du match OM-Brest qu’il avait le « contrôle » total du joueur, pour qui un départ n’est absolument pas à l’ordre du jour.