Mercato : Marseille sous la menace des réseaux sociaux

Mercato : Marseille sous la menace des réseaux sociaux

Icon Sport

Les performances de William Saliba sous le maillot de l'Olympique de Marseille sont remarquées par les supporters de l'OM, mais aussi d'Arsenal.

Le 15 juillet dernier, l’Olympique de Marseille officialisait la signature de William Saliba, le défenseur central étant prêté par Arsenal, un an après avoir connu le même sort du côté de Nice. Depuis, le joueur de 20 ans a montré que les Gunners ne s’étaient pas trompés en allant le chercher à Saint-Étienne en 2019 pour 30 millions d’euros. Du côté du Vélodrome, on a forcément le souhait de conserver William Saliba pour les saisons suivantes, mais ce dossier ne sera pas simple à concrétiser, car ce dernier est lié avec les Gunners jusqu’en 2024 et le club anglais n’a pas l’intention de le voir partir. Même si Mikel Arteta n’est pas le fan le plus absolu du jeune défenseur français, du côté des supporters d’Arsenal, on suit de très très près les performances de Saliba sous le maillot de l’OM et on le fait savoir aux dirigeants.

Ainsi, dès jeudi soir, et après l’excellente copie rendue par le défenseur lors du match entre l’Olympique de Marseille et le Lokomotiv Moscou, les réseaux sociaux se sont agités du côté d’Emirates Stadium à l’initiative de Connor Humm, fondateur d’Arsenal Football Club Newsroom. Un compte twitter suivi par des dizaines de milliers de fans des Gunners qui a mis en avant les statistiques du jouer français. « William Saliba a réalisé une performance monstrueuse avec Marseille en Europa League », a lancé le journaliste, bien vite rejoint par des supporters qui ont eux aussi regardé l’OM contre le club russe. « On a perdu deux saisons en ne le gardant pas avec nous, nous avons trois joueurs de qualité prêtés (Saliba, Guendouzi, Torreira) », « Nous devons faire revenir Saliba la saison prochaine, et voir si nous pouvons jouer à 3 en défense avec Saliba, Gabriel et White »… les messages se sont multipliés pour réclamer à Arsenal de cesser de prêter William Saliba et d’enfin lui donner sa chance.