CdF : Chauvigny-OM, Jean-Pierre Papin est dégoûté !

CdF : Chauvigny-OM, Jean-Pierre Papin est dégoûté !

Impossible pour l’Olympique de Marseille de prendre un adversaire de haut en Coupe de France.

Les souvenirs sont encore frais dans la tête des supporters avec les déceptions de ces dernières années contre des clubs largement inférieurs sur le papier. Et la preuve était encore flagrante en ce mois de décembre, quand l’OM a réussi à se faire des frayeurs contre Cannet-Rocheville, formation de National 3 qui a mené au Vélodrome avant de craquer en infériorité numérique (4-1). Ce samedi, ce sera la formation de Chauvigny, qui évolue également en National 3, qui sera face à l’OM. Un tirage qui met Jean-Pierre Papin en rage, car la formation de la Vienne a sorti le Chartres de JPP au tour précédent. Pas de retrouvailles donc pour l’ancien canonnier de l’OM. 

Jean-Pierre Papin dégoûté par le tirage

« Mon grand regret, c’est que ce ne soit pas moi qui joue contre l’OM. Tu n’as pas idée de combien ça me met les boules. Tu vois l’affiche Chauvigny-OM alors que ça aurait pu être Chartres-OM ! Mais bon, rien à dire, ils ont mérité leur victoire et sans leur envoyer des fleurs, respect… », a livré Jean-Pierre Papin dans les colonnes de La Provence. L’entraineur de la formation de N2 a tout de même glissé quelques éclairages sur Chauvigny, et c’est peu dire si la formation amateur n’a pas impressionné JPP, persuadé que cela peut tourner au gros score en faveur de l’OM étant donné les carences de son adversaire. 

L'écart est énorme entre N3 et L1

« Je le répète, ils sont solides, mais si l’OM marque vite, ça peut tourner au carton. Solide, mais pas rapide. Avec de gros soucis sur les coups de pied arrêtés, les corners notamment, même s’ils sont grands. L’OM étant performant dans ce domaine, c’est un atout supplémentaire pour planter des buts. Alors, tant que l’OM n’aura pas marqué, ce sera compliqué, mais après le premier but, ça peut être portes ouvertes, trois, quatre, cinq buts. Parce que physiquement, ils auront du mal à tenir contre une des meilleures équipes de Ligue 1. Il faut évidemment se méfier, être sérieux. Contre Trélissac, il y a deux ans, l’OM avait été poussé aux tirs au but, mais c’était une formation de National 2. Chauvigny, c’est l’échelon en dessous et ce n’est pas pareil », a souligné l’ancien avant-centre de l’équipe de France, pour qui l’OM a clairement les moyens d’éviter un fiasco embarrassant dans un stade qui ne sera pas plein, jauges anti-covid oblige.