FCGB : Une deuxième trahison des Américains, Sousa refuse d’y croire

FCGB : Une deuxième trahison des Américains, Sousa refuse d’y croire

Photo Icon Sport

Perturbés par des conflits en interne, les Girondins pourraient en subir les conséquences avec des départs importants cet hiver. Ce n’est pourtant pas le message transmis au coach Paulo Sousa.

Outre la colère des Ultramarines contre le président délégué Frédéric Longuépée, Bordeaux est également confronté à des tensions entre ses deux actionnaires. Une situation qui pourrait aboutir à l’éviction de GACP, laissant l’économe King Street seul aux commandes. Autant dire qu’il s’agirait d’une mauvaise nouvelle pour Paulo Sousa, attentif à ces rebondissements. « Oui, et c'est normal. Je suis venu ici avec des idées, pour créer des fondations. Aujourd'hui, par rapport aux investissements, c'est différent de ce qu'on m'avait dit, a confié l’entraîneur des Girondins dans L’Equipe. Il faut s'adapter, même si le club a déjà posé de bonnes fondations pour le futur. »

Le Portugais prend des pincettes mais dénonce tout de même le mensonge de sa direction. « Au niveau des objectifs, cette année devait servir à se stabiliser pour être dans la partie haute du classement. Mais c'est vrai qu'on m'avait promis plus de moyens, a confirmé le technicien. C'est important pour moi d'avoir une concurrence à l'intérieur du groupe avec des joueurs qui évoluent au même poste, avec des caractéristiques différentes. Ça apporte plus de richesse dans une identité de jeu commune. »

Des départs ? Sousa dément

Mais si les Américains de King Street restent seuls, avec l’envie de récupérer leur investissement, le mercato hivernal pourrait bien affaiblir l’effectif des Marine et Blanc. Pas de quoi inquiéter Sousa, rassuré par ses supérieurs. « Dans l'absolu, un club comme Bordeaux a besoin de vendre pour continuer à s'améliorer, mais ce ne sont pas les indications que j'ai, a-t-il répondu. On va continuer à travailler sur notre stabilité. En ce moment, l'équipe a besoin d'être aidée. » Dans l’attente de (mauvaises) nouvelles, Bordeaux travaille sur l’arrivée d’un attaquant.