FCGB : La clause de Paulo Sousa fait scandale, Dugarry explose

FCGB : La clause de Paulo Sousa fait scandale, Dugarry explose

Photo Icon Sport

Depuis le début de la semaine, les Girondins de Bordeaux sont au cœur de l’actualité avec plusieurs révélations très inquiétantes.

Tout ne tourne pas rond au sein du club au scapulaire. Et pour ceux qui en doutaient, il suffisait d’écouter RMC ces trois derniers jours pour s’en convaincre. En effet, l’émission l’After Foot consacre depuis lundi une partie de son émission à la situation très particulière des Girondins de Bordeaux, touché par de nombreux scandales en interne. L’un d’entre eux concerne l’entraîneur Paulo Sousa, dont le contrat a été retoqué par la Ligue de Football Professionnel en raison d’une clause lui permettant de toucher un pourcentage à la vente de chaque joueur.

Une honte aux yeux d’un ancien de la maison, Christophe Dugarry. « Comment est-ce possible qu'un entraîneur touche de l'argent sur la vente de ses propres joueurs ? Tous les entraîneurs au monde se battent pour conserver leur joueur, travailler sur la durée. Là, t'as un entraîneur qui touche des commissions sur la revente des joueurs. Ça veut dire que les joueurs titulaires aux Girondins de Bordeaux méritent de jouer parce qu'ils sont bons, ou parce qu'ils rapportent financièrement le plus possible à leur entraîneur ? » s’est indigné l’animateur de Team Duga.

Un autre point a particulièrement choqué Christophe Dugarry, et cela concerne cette fois Souleymane Cissé, directeur technique des Girondins mais qui est en parallèle aux manettes d’une académie africaine en partenariat avec… l’OGC Nice. « Dans son académie, quand un bon joueur en sort, il va à Nice ou à Bordeaux ? » s’est interrogé Dugarry, dubitatif. Et de conclure. « Que GACP soit viré parce qu'il y a eu des choses inadmissibles, pourquoi pas. Mais comment peux-tu virer GACP et garder Marcia, Sousa, Cissé... Il y a encore un bout de ver dans la pomme. Longuépée, soit il n'est pas au courant et ça veut dire qu'il est incompétent, soit il est au courant et il est complice ». Cela n’a pas fini de ronfler dans les chaumières à Bordeaux, club le plus proche d’un dépôt de bilan en Ligue 1 selon les affirmations de Daniel Riolo lundi soir.