Bordeaux sauvé, début de révolte en Ligue 2 ?

Bordeaux sauvé, début de révolte en Ligue 2 ?

Icon Sport

Le maintien des Girondins de Bordeaux en Ligue 2 contre l'avis de la DNCG continue de faire couler beaucoup d'encre et de provoquer de vives réactions.

Initialement relégués en National par la DNCG, les Girondins de Bordeaux ont finalement été maintenus en Ligue 2 après l’appel devant le CNOSF et l’audience face au COMEX de la Fédération Française de Football. L’épisode aura été long et stressant pour les supporters des Girondins de Bordeaux mais l’issue a été heureuse avec un maintien en Ligue 2. Cela étant, le sauvetage in extremis du club aquitain ne fait pas que des heureux. Le club de Villefranche Beaujolais, qui serait monté en Ligue 2 dans le cas où Bordeaux aurait été relégué, s’est dit scandalisé. Un constat partagé par Pierre Ferracci, le président du Paris FC, qui a vivement critiqué la gestion de Gérard Lopez aux Girondins de Bordeaux au micro de BeInSports.

La gestion de Gérard Lopez vivement critiquée 

« À un moment donné, il faut des sanctions pour les dirigeants qui ne respectent pas les règles. On peut être en Ligue 2 et ne pas faire de chantage au dépôt de bilan. Il y a des clubs historiques qui sont descendus en National, qui n’en sont pas morts, qui n’ont pas déposé le bilan. Les actionnaires en ont payé le prix. Il ne faut pas faire de chantage à l’emploi aussi, il faut le maintenir chaque fois qu’on le peut, là aussi c’est le rôle des actionnaires. Donc bravo à Bordeaux en Ligue 2, ça fera de beaux matches, y compris pour le Paris FC. Qu’il n’y ait pas de fausses polémiques là-dessus hein, parce que je vois immédiatement l’idée de transformer le club des Girondins en martyr… Non, il est bien en Ligue 2, mais il faut aussi qu’à un moment donné ceux qui ne respectent pas les règles en payent un petit peu le prix. Et ce n’est pas simplement la demande de Villefranche, il y a beaucoup de présidents qui pensent comme moi » a lancé Pierre Ferracci, qui fait donc partie des dirigeants très sceptiques après le maintien des Girondins de Bordeaux en Ligue 2. Et visiblement, il est loin d'être le seul.