Mondial 2022 : La France ne boycottera pas le Qatar

Mondial 2022 : La France ne boycottera pas le Qatar

En cas de qualification pour le Mondial 2022 au Qatar, l'équipe de France fera bien le déplacement. La FFF n'envisage pas du tout de boycotter l'état gazier.

En pleine campagne pour se faire réélire à la présidence de la Fédération Française de Football, Noël Le Graët a clairement fait savoir que les Bleus n’avaient pas l’intention de rater le rendez-vous de 2022 au Qatar où ils tenteront de défendre le titre gagnée en 2018 en Russie, du moins s’ils se qualifient. Car ces derniers temps des voix s’élèvent, sans grand succès, pour réclamer un boycott de Doha pour des raisons liées aux droits de l’homme. « L'équipe de France de football ira au Qatar si elle se qualifie » pour le Mondial-2022, a assuré à l'AFP le président de la Fédération Noël Le Graët, évacuant l'hypothèse d'un boycott, avancée après des accusations d'atteintes aux droits humains dans le pays organisateur.

Le Qatar au coeur d'une polémique

« Le Qatar a été désigné depuis longtemps par des gens responsables, on ne va pas aller sur une remise en cause à un an de l'organisation. La France sera présente au Qatar si elle se qualifie », a insisté le patron des Bleus. « Il y a déjà les matches de qualification, il ne faut pas être prétentieux. Le premier c'est l'Ukraine, j'aurais bien voulu avoir quelques spectateurs. Si on se qualifie, on ira au Qatar », a ajouté Noël Le Graët.  L'hypothèse d'un boycott de l'événement par certaines nations est revenue sur la table ces derniers jours après des révélations du quotidien britannique The Guardian, affirmant que plus de 6.500 ouvriers étrangers étaient morts dans les préparatifs du Mondial prévu au Qatar en décembre 2022. Plusieurs clubs norvégiens ont notamment appelé leur Fédération locale à boycotter l'événement en cas de qualification, à quelques jours des assises de la Fédération prévues le 14 mars. Les dirigeants de la Fédération norvégienne privilégient, pour leur part, un dialogue pour améliorer le respect des droits humains.