France : Les Bleus payés pour le défilé à Clairefontaine

France : Les Bleus payés pour le défilé à Clairefontaine

Ce mercredi, les joueurs de l'équipe de France vont arriver à Clairefontaine. Et la tenue qu'ils portent n'est pas laissée au hasard, des marques ayant investi sur ce passage devant les médias.

C’est à partir de 13 heures que les joueurs de l’équipe de France de football retenus par Didier Deschamps pour l’Euro 2021 vont arriver à Clairefontaine. A l’exception de ceux encore concernés par la finale de l’Europa League et de celle de la Ligue des champions, tout le monde sera là et notamment Karim Benzema. Mais qu’on se le dise, les arrivées des joueurs tricolores ne doivent rien au hasard et sont devenues une opération commerciale, car c’est le dernier moment durant lequel les footballeurs peuvent se présenter avec des vêtements autres que ceux fournis par l’équipementier de l’équipe de France. Des marques ont donc décidé de profiter de ce passage des joueurs un par un devant les photographes et les caméras de télé pour faire connaître leurs produits. Et pour cela, de juteux partenariats sont signés.

Répondant au Parisien, le patron de l’agence Bros, qui a notamment Presnel Kimpembe sous contrat, explique qu’effectivement ce rendez-vous de la montée des marches à Clairefontaine est devenu un événement qui compte. « C’est clair que c’est devenu un moment d’exposition (…) Finalement, vous achetez un moment de visibilité qui paraît très naturel. Et ça, cela a une grosse valeur pour les marques. Ça devient : ce joueur a choisi cette marque. À l’échelle hexagonale du foot, c’est l’équivalent du photocall des Césars ou des Oscars pour les créateurs de robes », explique Christopher Quiquandon, qui ne dévoile cependant pas les secrets financier de ce « défilé de mode » version footballistique. Cependant, pour cette rentrée des classes 2021, il faudra composer avec la situation sanitaire puisque la Fédération Française de Football diffusera elle même les images de l'arrivée des joueurs afin de ne pas prendre des risques avec un éventuel afflux massif de journalistes.