EdF : Le Graët plutôt que Mbappé, Macron se trompe

EdF : Le Graët plutôt que Mbappé, Macron se trompe

Supporter de l’équipe de France, Emmanuel Macron soutient notamment Kylian Mbappé et Didier Deschamps après la défaite contre l’Argentine (3-3, 4-2 t.a.b.) en Coupe du monde. Mais pour Daniel Riolo, le président de la République ferait mieux de s'intéresser à Noël Le Graët.

Comme lors du sacre en 2018, Emmanuel Macron n’a pas caché sa passion pour l’équipe de France pendant ce Mondial 2022. Le Président de la République a assisté à la finale et continue de soutenir les Bleus après la défaite contre l’Argentine. Le chef d’Etat a en effet consolé Kylian Mbappé et a publiquement demandé au sélectionneur Didier Deschamps de poursuivre l’aventure. De quoi agacer Daniel Riolo qui aimerait plutôt le voir s’intéresser aux problèmes au sein de la Fédération Française de Football.

« Il peut donner son avis, a accepté le journaliste sur le plateau de BFM TV. Mais il n'arrête pas de s'impliquer et de dire : "j'ai demandé à Didier Deschamps de rester". Déjà qu'il avait œuvré pour que Kylian Mbappé reste au PSG... Bon d'accord, les supporters du PSG ont le droit d'être contents de ça. Mais après, en équipe de France, "j'ai envie que Deschamps reste...", mais il y a peut-être beaucoup de supporters en France qui se disent : "ce serait pas mal que Zinedine Zidane prenne l'équipe de France et qu'on voie autre chose." »

« Et puis j'ai envie de dire à Emmanuel Macron que, plutôt que de s'occuper de savoir si Deschamps va rester, il devrait plutôt s'occuper de savoir si Noël Le Graët ne doit pas partir, a corrigé Daniel Riolo. Parce que le président de la Fédération a un audit en cours sur le fonctionnement de la Fédé, dont on connaîtra les conclusions mi-février. Il a évidemment, en bon politicien qu'il est, cherché à se cacher derrière les résultats de l'équipe de France. Maintenant il va peut-être falloir ouvrir les yeux. »

Riolo défend Oudéa-Castéra

« J’attends d’Emmanuel Macron qu’il soit l'homme qui pourra mettre un peu de pression, parce qu'on a vu que la ministre des Sports a beaucoup de mal à mettre la pression. Elle a été méprisée, elle s'est fait bâcher deux-trois fois pendant cette Coupe du monde par le président de la Fédé qui a été absolument odieux. Plutôt que de s'occuper des consolations et de donner son avis sur qui doit être le sélectionneur, j'espère qu'Emmanuel Macron s'occupera de ce qui doit fonctionner : la 3F, qui est quand même une délégation du service public et qui dépend du ministère de la Jeunesse et des Sports », a souligné l’éditorialiste.