EdF : Gourcuff, Ribéry, Anelka… Govou était dégoûté des Bleus

EdF : Gourcuff, Ribéry, Anelka… Govou était dégoûté des Bleus

Photo Icon Sport

Avant l’épisode de la grève à Knysna, l’ancien international français Sidney Govou sentait que les choses allaient mal tourner. En cause, le manque de discipline de certains joueurs.

Que les supporters de l’équipe de France se rassurent, les grévistes du Mondial 2010 ont eux aussi souffert de leur comportement. Sans parler des nombreuses critiques, certains d’entre eux ont exprimé des regrets après ce fiasco. C’est notamment le cas de Sidney Govou, qui n’a pas attendu l’épisode du bus pour comprendre que les Bleus couraient à la catastrophe. En effet, plusieurs coéquipiers dont Franck Ribéry, Florent Malouda, Nicolas Anelka et Yoann Gourcuff, ne respectaient pas les consignes du sélectionneur.

« Le problème, il est là : le coach avait donné des consignes, et les mecs ne voulaient pas les respecter. Le plan était pourtant clair, Raymond Domenech savait ce qu'il voulait mettre en place, a raconté l’ancien ailier à So Foot. Mais à un moment donné, Franck ne voulait pas jouer à droite, mais à gauche, Maloud' voulait jouer à gauche, Nico voulait jouer en 10... Honnêtement, moi, ça m'a dégoûté parce que c'était du grand n'importe quoi. Chacun tirait dans son sens, et ce n'est pas ce premier match (0-0 contre l’Uruguay) qui a montré notre incapacité à faire des choses ensemble. »

Govou devait courir pour d’autres

« On le sentait venir depuis quelque temps déjà, notamment lors des matchs de préparation... Je suis quelqu'un d'assez organisé dans mon jeu, je sais quand je dois garder mon couloir, quand je dois rentrer à l'intérieur, compenser des déplacements, mais si autour, personne ne fait ce qui est demandé, ça ne rime à rien, a expliqué le consultant. Je pense d'ailleurs que Domenech m'a mis sur cette compétition pour compenser défensivement les faibles replis de Yo et Nico. Après, quand tu n'as pas d'organisation... On parle quand même d'une Coupe du monde. » Ou plutôt de la plus grande humiliation de l’histoire du foot français.