Benzema accuse Deschamps d'avoir cédé à « la France raciste » !

Benzema accuse Deschamps d'avoir cédé à « la France raciste » !

Photo Icon Sport

Didier Deschamps s'est réveillé ce mercredi avec probablement les oreilles qui sifflaient. Après avoir été contraint de remplacer Lassana Diarra par Morgan Schneiderlin au dernier moment, le sélectionneur se retrouve cette fois directement visé par Karim Benzema. Dans une interview accordée au quotidien sportif Marca, qui en fait sa grande Une, le joueur du Real Madrid revient sur la décision de la Fédération Française de Football de ne pas le retenir pour l'Euro 2016. Et Karim Benzema met les pieds dans le plat en affirmant que c'est pour céder à une certaine partie du public français, qu'il qualifie de raciste, que ce choix a été entériné par Didier Deschamps.

« Deschamps a cédé sous la pression d'une partie raciste de la France. Il faut savoir qu'en France le parti d'extrême droite est arrivé au deuxième tour des dernières élections. Mais je ne sais pas si c'est une décision individuelle de Didier, car je m'entends bien avec lui, et avec le président. Je m'entends bien avec tout le monde. Pour le moment, je suis tranquille, concentré sur mon club avec lequel j'ai gagné le maximum. La France va se rendre compte qu'elle a été injuste avec moi. J'ai déjà subi le contrecoup de la Coupe du monde 2010, mais l'Euro, c'est encore plus dur. C'est l'une des plus grandes déceptions que j'ai eues, sans aucun doute. Mais bon, il faut se relever et j'espère aller le plus loin possible dans ma carrière. On me critique beaucoup en France, moi, ma famille, mon entourage, mais si j'étais une mauvaise personne, mal conseillée, je n'en serais pas là aujourd'hui. Cinq années à Lyon, sept à Madrid, à gagner des titres (…) S'ils me veulent, ce sera sans problème. J'aime le foot et jouer pour ma sélection », balance celui qui a décroché sa deuxième Ligue des champions samedi face l’Atlético Madrid, et qui reprend à son compte la thèse d’Eric Cantona et de Djamel Debbouze. Des propos qui vont évidemment faire du bruit, alors que la France débutera son Euro dans dix jours contre la Roumanie. Et cette fois, Didier Deschamps ne pourra pas s’en tirer par un « no comment » comme il l’a fait après les déclarations d’Eric Cantona.