CdF : Le délire de Noël Le Graët, Sébastien Tarrago y met un terme

CdF : Le délire de Noël Le Graët, Sébastien Tarrago y met un terme

Photo Icon Sport

Débuter la saison prochaine par la finale de la Coupe de France, c’est un non-sens absolu que dénonce un journaliste de L’Equipe.

Difficile d’y voir clair dans la hiérarchie du football français, tant chacun y va de son intérêt. Certains essayent de se placer au-dessus de la mêlée pour bien faire comprendre qu’aucune solution ne pouvait satisfaire tout le monde. De son côté, Noël Le Graët a soutenu la décision du gouvernement d’arrêter la saison, puis celle de la LFP de déterminer le classement des clubs professionnels au quotient. Mais le bon sens s’arrête là quand il s’agit des intérêts de la fédération. Le championnat est terminé, et le mercato va débuter au mois de juin. Et pourtant, le président de la FFF insiste pour faire disputer la finale de la Coupe de France, et aussi celle de la Coupe de la Ligue, au début de la saison prochaine. Une volonté d’un égoïsme indéniable pour le journaliste de L’Equipe Sébastien Tarrago.

« J’ai beaucoup d’admiration pour Noël Le Graet et je pense qu’il a fait beaucoup de bien en s’imposant comme le patron. Mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette histoire de finale de Coupe. La Fédération veut toucher ses droits télés de la finale de la Coupe, mais à un moment, les effectifs risquent de bouger à la fin de certains contrats au mois de juin, et on voudrait donc disputer ces finales au mois d’août avec des effectifs qui auront complètement changé. Alors ça, si on me parle encore d’équité, je rigole doucement », a fait savoir le journaliste, qui fait bien évidemment référence aux 4 ME de droits TV que la FFF toucherait si la finale de la Coupe de France devait se disputer. Mais il est vrai que disputer cette rencontre alors que la saison est terminée et que les joueurs pourront avoir changé de club entre temps a de quoi interpeler sur le plan sportif et déontologique.