LdC : La finale à Istanbul remise en cause ?

LdC : La finale à Istanbul remise en cause ?

Déjà reportée en 2020, la finale de la Ligue des Champions est prévue à Istanbul. Mais l'UEFA est prête à prendre une décision forte. 

La semaine dernière, l’UEFA a évincé les villes de Bilbao et Dublin de l’organisation de l’Euro 2021. Le motif est sans pitié de la part de l’instance européenne, qui veut à l’avance l’assurance que les stades seront garnis de spectateurs, sans forcément atteindre leur capacité maximale, pour la compétition. Ceci en mépris parfois des consignes sanitaires imposées par les politiques locales, mais l’image d’un Euro dans des enceintes vides est impensable pour l’UEFA. Il en va de même pour la finale de la Ligue des Champions, qui aura lieu fin mai à Istanbul. Du moins c’est ce qui est prévu. En effet, la Turquie voit un accroissement des cas de Covid, avec la barre des 50.000 tests positifs quotidiens régulièrement franchie sur le mois d’avril. Résultat, le gouvernement a pris la décision de confiner durement du 29 avril au 17 mai, en espérant que cela aide à freiner l’épidémie.

Le déconfinement est donc prévu moins de deux semaines avant la finale, avec forcément l’absence de garantie que cette période sera suffisante pour permettre aux spectateurs de se rendre au stade, ce que l’UEFA souhaite absolument. Jusqu’à présent, elle espérait atteindre 30 % de la capacité du stade Ataturk d’Istanbul. Celui-ci devait déjà accueillir l’édition 2020, mais celle-ci avait été déplacée à Lisbonne dans une bulle totale pour un Final 8 inédit mais finalement réussi. Si l’idée de voir des fans d’un des deux finalistes débarquer sur les rives du Bosphore dans un mois parait impossible, l’UEFA n’a pour le moment pas étudié un lieu de replis pour cette finale. Mais selon le Daily Mail, l’instance suprême du football européen a néanmoins directement fait savoir aux autorités turques que des garanties sont demandées sur la tenue du match avec des spectateurs sur la rencontre du 29 mai. Un coup de pression dont le président Aleksandr Ceferin est un spécialiste, et ce peu importe la situation dans les pays concernés.