Finale : Darmanin et ses faux tickets, « c’est des conneries »

Finale : Darmanin et ses faux tickets, « c’est des conneries »

Icon Sport

Le ministre de l'Intérieur et son homologue des sports mettent toujours sur le dos des possesseurs de faux billets les incidents au stade de France, samedi soir.

Tandis que les médias français et plus globalement européens sont sans pitié avec l’organisateur de la finale de la Ligue des champions, et crient au scandale face à la version donnée samedi par Gérald Darmanin et la préfecture de police, le ministre de l’Intérieur a persisté à essayer de faire croire que la présence de 40.000 détenteurs de faux billets, tous supporters de Liverpool, a déréglé la belle mécanique mise en place au stade de France. « 30.000 à 40.000 supporters de Liverpool se sont retrouvés au Stade de France soit avec des faux billets, soit sans billet. C’est rajouter à cela la grève du RER B qui a contraint à sortir du RER D, avec une issue plus étroite (...) Ce qui a été constaté est une fraude massive et organisée de faux billets, 70% de faux billets au pré filtrage, 15% après le premier filtrage », a expliqué, ce lundi après une réunion sur ce sujet, Gérald Darmanin, avec l’assentiment d’Amélie Oudéa-Castéra, nouvelle ministre des Sports du gouvernement Borne, qui s’est elle aussi accrochée à ce récit. Pour Gary Lineker, ancien international anglais et consultant très écouté dans son pays, les propos de Gérald Darmanin sont « des conneries », tandis que Sky Sports s'offusque de cette version des faits.

40.000 et pourquoi pas un million de faux tickets pour Liverpool-Madrid ? 

Mais le moins que l’on puisse dire est que les témoignages ne vont pas du tout dans ce sens d'une fraude qui serait historique. Sur BFM, Pierre Barthélémy, avocat français spécialisé dans le droit des supporters et qui était dans la foule se rendant au match, ironise sur ce chiffre lancé très rapidement par le ministre de l’Intérieur, lequel était, lui, samedi soir au PC sécurité du stade où se jouait le match Liverpool-Madrid. « On invoque cette histoire de faux billets mais elle ne tient pas. On avance le chiffre de 40.000, pourquoi pas un million ? 40.000 personnes, ce serait la moitié du stade. Cela voudrait dire que vous avez vu un flux contraire de la moitié du stade repartir dans l'autre sens et personne n'a constaté sur place. Je pense qu'ils incorporent les 40.000 supporters qui étaient dans la fan zone Place de la Nation pour dire qu'il y avait 40.000 supporters sans billets dans Paris. Mais ces gens-là ne se sont pas pointés au pré-filtrage. Pour avoir patienté à la porte des supporters de Liverpool, on a constaté environ dix interpellations pour faux billets sur des milliers de personnes. Cet argument avec ce chiffre délirant de 30.000 à 40.000 supporters sans billets ne correspond pas à ce que tout le monde a pu constater. Même la RATP pourra confirmer qu'il n'y a pas 40.000 personnes qui ont repris le RER D pour rentrer sur Paris », explique l’avocat, qui n’est pas le seul à penser cela. 

Vincent Duluc détruit les explications des ministres  

Dans L’Equipe, Vincent Duluc, qui a une très longue expérience en la matière, estime que les autorités devraient avoir le courage d’assumer ce fiasco plutôt que de tenter uniquement de se dédouaner des images désastreuses vues samedi soir en mondovision. Dans son édito titré : « l'incompétence, le mensonge et le déni », le journaliste est sans pitié avec les instances. « Samedi soir, il a fallu qu'à l'incompétence les coorganisateurs de la finale ajoutent le mensonge et le déni. La nouvelle ministre des Sports, même de plein exercice, a peu de marge de manœuvre, et une soirée passée au côté du ministre de l'Intérieur au PC sécurité du stade l'a laissée prisonnière d'une ligne, fût-elle intenable », écrit Vincent Duluc. Du côté des syndicats policiers, on pointe aussi du doigt le manque de formation des stadiers et des agents de sécurité, dont l'essentiel n'est pas formé pour gérer ce genre de situation, tandis que les associations de supporters que ce soit en Angleterre, en France ou ailleurs en Europe s'étonnent de l'usage sans modération du gaz lacrymogène sans véritable besoin de le faire comme différentes vidéos le démontrent.