Coupe UEFA : les réactions

Coupe UEFA : les réactions
Contrairement à la Ligue des Champions, il n’y aura pas de mission impossible pour les clubs français au premier tour de la Coupe UEFA.

Kayserispor (Turquie) – PSG

Paul Le Guen (entraîneur du PSG) : « Nous avions suivi cette équipe l'an passé car nous nous intéressions à un attaquant turc parti aujourd'hui. Nous connaissons donc certains de leurs joueurs. C'est un adversaire qu'il ne faut vraiment pas sous-estimer. Ces deux rencontres contre Kayserispor viennent s'inscrire dans une série de sept matches en quinze jours. Il va falloir nous organiser pour gérer au mieux le déplacement, les plages de récupération et cela va demander une belle logistique".

Rennes – Twente (Pays-Bas)

Pierre Dréossi (directeur sportif de Rennes) : "On a vu qu'Arsenal les avait battus au 3e tour préliminaire de la Ligue des champions, 2-0 à l'aller, 4-0 au retour. On verra. C'est toujours compliqué. C'est vrai que nous ne connaissons pas tout l'effectif de cette équipe. Et c'est toujours difficile de jouer le premier match chez nous et de finir chez eux".

Guy Lacombe (entraineur de Rennes) : "La main a été lourde avec nous. Twente est un très bon club du championnat hollandais. C’est une équipe offensive, qui produit du beau jeu, spectaculaire et efficace. Les deux matches seront certainement très relevés. Ce club a tout de même une bonne expérience de l’Europe après avoir joué contre Arsenal au tour préliminaire de la Ligue des Champions. On sait à quoi s’attendre".

Nancy - Motherwell (Ecosse)

Jacques Rousselot (président de Nancy) : "Nous sommes censés affronter un club moins huppé mais je n’oublie pas ce qui s’est passé il y a deux ans contre Schalke 04. Je regrette simplement de ne pas jouer le match retour à domicile, mais on va s’adapter. Je m’attends en tout cas à une opposition dure et rigoureuse, dans le plus pur style britannique".

Marc McGhee (entraîneur de Motherwell) :« Nancy est une tête de série, donc nous ne pouvons que créer la surprise. Ce sera une rencontre difficile, mais nous avons nos chances. Surtout si l’on tient compte que l’on pouvait affronter Valence, Manchester City ou Bruges ».

Hapoël Tel-Aviv (Israël) - Saint Etienne

Roland Romerer (co-président de l’ASSE) : "L’attente était très forte. C’est très émouvant de revoir l’ASSE participer à un tirage au sort de Coupe d’Europe. Nous aurions pu tomber plus mal. Nous avons évité certains gros bras. Aussi, nous aurons l’avantage de recevoir à domicile pour le match retour. C’est toujours un élément important dans la formule aller-retour. Si nous parvenons à réussir une assez bonne performance à Tel Aviv, nous pourrons, en effet, compter sur notre 12e homme pour augmenter nos chances de qualifications au match retour (...) Concernant l’Hapoël Tel-Aviv, nous allons, dès aujourd’hui, nous renseigner. Nous irons les superviser le plus rapidement possible".

Laurent Roussey (entraîneur de l'ASSE) : "C’est un tirage qui nous laisse beaucoup d’espoirs. Sur le papier, et compte tenu de la composition de notre poule, nous avions, peut-être, plus à craindre de Hambourg, Feyenoord ou du Pirée. Ceci dit, le football israélien est en gros progrès sur la dernière décennie. J’ai le souvenir que Hapoël Tel-Aviv a inscrit quatre buts face au PSG au Parc des Princes il y a deux ans. Méfiance".