Mondial 2022 : Et on joue à 14 ?

Mondial 2022 : Et on joue à 14 ?

Icon Sport

Dans huit mois débutera la coupe du monde 2022 au Qatar. Un mondial atypique qui aura lieu en hiver et qui verra l'ombre du Covid planer. Dans ce contexte, la FIFA pourrait autoriser les équipes à prendre plus de joueurs que prévu.

Cette semaine, l'horizon de la coupe du monde 2022 s'éclaircit. Les barrages ont livré leur verdict en Europe et en Afrique en début de semaine. Et, ce vendredi, le tirage au sort qui aura lieu à Doha déterminera la composition des groupes pour le premier tour en novembre prochain. Toutefois, ce n'est pas le seul élément qui sera clarifié en cette fin de semaine. En effet, la FIFA va réunir les fédérations qualifiées pour la grand messe du football mondial pour décider des modalités du tournoi et notamment le nombre de joueurs acceptés pour chaque sélection. 

Des listes de 26 joueurs plutôt que 23 comme à l'Euro 2020

Depuis 2002, les pays peuvent prendre 23 joueurs pour la coupe du monde mais, pour cette édition, les sélectionneurs pourraient coucher 26 noms sur leur liste. C'est en effet ce que révèle l'agence de presse Reuters ce mercredi. La FIFA discutera de cette idée avec les fédérations en marge du tirage au sort. Cette décision est influencée par la pandémie de Covid-19 qui reste active et qui risque de gêner les équipes avec des possibles cas positifs et la crainte de nombreux forfaits.

Une perspective qui n'est pas inédite puisque les sélections européennes l'avaient déjà expérimenté lors du dernier Euro 2020, disputé en juin et juillet 2021. Elles avaient eu le droit à 26 joueurs même si seuls 23 d'entre eux pouvaient figurer sur la feuille de match. En Amérique du Sud, les sélections avaient même bénéficié de 28 joueurs pour la Copa America 2021. Une mesure qui a des chances d'être adoptée surtout qu'elle pourrait résoudre en partie le problème de la cadence infernale du calendrier mondial, lequel va bien fatiguer de nombreux joueurs en début de saison prochaine. Cela va donner plus de maux de tête aux sélectionneurs mais aussi de l'espoir à certains joueurs en sursis. N'est-ce pas Olivier Giroud ?