CdM : Sergio Ramos accusé de plomber l'Espagne

CdM : Sergio Ramos accusé de plomber l'Espagne

Icon Sport

Pas sélectionné par Luis Enrique pour disputer la Coupe du monde avec l'Espagne, Sergio Ramos a réagi suite à son absence au Qatar. Pour la presse espagnole, le joueur du PSG tente de déstabiliser la Roja.

De retour à un bon niveau avec le PSG cette saison, Sergio Ramos aspirait à une place dans la liste de Luis Enrique. Finalement, l'ancien entraîneur du FC Barcelone a pris la décision de se passer du défenseur central et de faire confiance à des joueurs plus jeunes. Une déception pour le joueur le plus capé de la sélection espagnole (180 sélections) qui se voyait bien disputer un cinquième mondial. Déjà absent lors de l'Euro 2021 à cause d'une blessure, Ramos a eu du mal à s'intégrer au PSG à cause de plusieurs problèmes physiques. Si le joueur formé à Séville est mieux cette saison, Luis Enrique préfère écarter l'ancien capitaine de l'Espagne, avec qui il a tout gagné. Après s'être exprimé dans un communiqué où le joueur de 36 ans a expliqué sa frustration et sa tristesse de ne pas être sélectionné, le journaliste espagnol David Sánchez a analysé la réaction de l'ancien joueur du Real Madrid.

Sergio Ramos met la pression sur l'Espagne

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sergio Ramos (@sergioramos)

« Ramos sait parfaitement ce qu'il génère, ce qu'il fait ou dit en publiant ce communiqué. Ce que Ramos fait n'est pas mal, mais c'est ce qu'il provoque par rapport aux autres joueurs. C'est mettre l'accent sur ceux qui sont là. Eric Garcia, Laporte, Rodrigo, qui seront critiqués s'ils échouent » a confié le chroniqueur dans l'émission El Partidazo sur la radio Cadena COPE. David Sánchez estime que Sergio Ramos, de par son influence et sa popularité, met la pression à ceux qui vont le remplacer durant cette Coupe du monde au Qatar. Bien que l'attitude du défenseur central soit critiquée, Luis Enrique n'a pas pris la peine de s'exprimer lors des dernières conférences de presse sur le cas Sergio Ramos, éludant volontiers les questions à ce sujet.