Stéphanie Frappart « nique la fête », polémique XXL en Ligue 2

Stéphanie Frappart « nique la fête », polémique XXL en Ligue 2

Icon Sport

Toulouse s'est imposé ce samedi à Auxerre (1-2), un match marqué par la sortie fracassante de Quentin Bernard. Le joueur de l'AJA a sérieusement remis en cause les qualités de Stéphanie Frappart dans son rôle d'arbitre.

En s’imposant à l’Abbé-Deschamps, en match d’ouverture de la 30e journée de Ligue 2, le TFC a fait un pas de géant vers la Ligue 1, tandis que pour l’AJ Auxerre c’est un rude coup puisque le club bourguignon avait l’occasion de passer à la deuxième place du classement en cas de victoire. Un match qui a vu Toulouse ouvrir le score sur un penalty de l’inévitable Van den Boomen (33e), et Auxerre se retrouver à dix dès la 38e minute suite à l’expulsion de Charbonnier. Des faits de jeu qui ont fait monter la température, et ont mis hors de lui Quentin Bernard, qui à la pause, et alors que son équipe était menée 2-0 a mis un tacle XXL à Stéphanie Frappart et ses assistantes. Pour le défenseur d’Auxerre, qui s’est exprimé en direct sur BeInSports, la seule femme arbitre de Ligue 1 n’a pas le niveau et ne mérite pas d’officier lors d’un match avec de tels enjeux.

Le défenseur d'Auxerre craque contre Stéphanie Frappart

Sur la chaîne sportive, Quentin Bernard y est allé de bon cœur et a déclenché une belle polémique. « Je ne sais pas s’il y a un penalty ou pas, c’est un fait de jeu, mais on ne va pas parler du trio magique. Mais c’est comme quand ça quand des professionnels sont arbitrés par des amateurs. Il ne manquait plus qu’il y ait un combo avec un hors-jeu sur le deuxième but et puis on a la complète. Mais ce n’est pas grave (...) L’arbitre c’est une chose, mais nous avons peut-être respecté un peu trop Toulouse. Mais bon le match était dans une bonne ambiance, il n’y a pas d'enfoiré sur le terrain aujourd’hui, c'est dommage qu'elle nique la fête comme ça ! Mais bon, on la connaît, elle est coutumière du fait », a lancé le défenseur auxerrois, qui a reconnu après le match avoir un peu dépassé les bornes, mais n'a fait qu'un « petit mea culpa ».