TV : Le mauvais payeur Mediapro interdit de football ?

TV : Le mauvais payeur Mediapro interdit de football ?

Icon Sport

L’aventure de Mediapro sur le sol français a très rapidement tourné au fiasco avec un groupe incapable d’honorer ses engagements financiers dès le mois d’octobre.

Six mois de diffusions de la Ligue 1 et puis s’en va. Bien que le service proposé par les journalistes de Téléfoot fût plus que correct de l’avis général, Mediapro ne laissera pas un souvenir impérissable de son passage dans l’Hexagone. Incapable de payer des droits télévisuels qu’il a lui-même fait exploser, le groupe sino-espagnol va quitter le paysage audiovisuel français par la petite porte, probablement début février. L’entreprise de Jaume Roures ne sera plus autorisé à concourir pour des droits sportifs en France pendant un long moment, ce qui n’empêche pas Mediapro de continuer le business ailleurs en Europe. Spécialiste en médias sportifs, Arnaud Simon ne voit toutefois pas comment une ligue de sport dans le monde pourrait faire confiance à Mediapro après cet épisode qui risque bien de le griller à vie.

« Ce n’est pas une surprise (l’échec de Mediapro), malheureusement. Dès que le premier paiement (du 6 octobre) n’a pas été honoré, c’était fini. Depuis le début, le business model - atteindre 3,5 millions d’abonnés à 25 € par mois - était injouable. Quand, en plus, votre fonds chinois vous lâche et que la covid vous tombe dessus, ça fait beaucoup. Ça fait trop, surtout ! Un peu de stupéfaction. Mediapro est une entreprise qui a largement entamé son capital confiance, pas seulement en France, également à l’étranger. Je vois mal, aujourd’hui, d’autres ligues lui faire confiance alors que le marché domestique de la Serie A lui avait été refusé en 2018 faute de garanties bancaires. À partir de la saison prochaine, Mediapro va déjà commercialiser les droits internationaux de la Liga et ils ont quand même promis un minimum garanti de 900 M€ par an à la ligue de football espagnole. Il va falloir les honorer ! Pour moi, c’est déjà une première épée de Damoclès pour Mediapro. Alors, les voir encore investir dans d’autres championnats, et surtout voir d’autres ligues nationales leur faire confiance… je suis plus que circonspect » a analysé le spécialiste dans les colonnes du Télégramme. Reste maintenant à voir si par miracle, Mediapro parviendra à rafler de nouveaux droits en Espagne ou en Italie dans les années à venir…