Pierre Ménès, « le beauf » jure de changer

Pierre Ménès, « le beauf » jure de changer

Actuellement « au repos », Pierre Ménès a disparu de Canal+ depuis les révélations sur son comportement à l’encontre de plusieurs journalistes. Le consultant a décidé de radicalement changer.

Cela fait désormais deux semaines que Canal+ a écarté Pierre Ménès du Canal Football Club, la star des consultants football ayant été rattrapée par #MeToo suite à la diffusion du documentaire de Marie Portolano « Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste ». Face à ces révélations très gênantes, Pierre Ménès avait d’abord tenté d’assurer lui même sa défense en se présentant sur le plateau de Cyril Hanouna, mais il a rapidement compris que sa ligne de conduite n’était pas la bonne. Il s’est ensuite mis à l’écart afin de laisser son avocat gérer la suite. Et ce lundi, dans les colonnes du quotidien champenois L’Union, Maître Arash Derambarsh a précisé la position de Pierre Ménès, affirmant que ce dernier avait bien compris qu’il avait eu tout faux et qu’il devait changer impérativement et radicalement de comportement. L’avocat du spécialiste football a également précisé que ce dernier avait décidé de s’impliquer dans la lutte contre les violences faites aux femmes. 

Pour Maître Arash Derambarsh, Pierre Ménès, qui fait face à des insultes et des menaces de mort sur les réseaux sociaux, ne mérite pas cette haine, même s'il est conscient que tout doit changer pour lui. « Pierre Ménès est reconnu comme quelqu’un de drôle, sympathique, bon camarade. Il a compris que les gestes d’une certaine époque n’étaient plus tolérables aujour­d’hui. Tout le monde reconnaît qu’il a eu un comportement de beauf, mais il n’a jamais eu l’intention de blesser ou de porter atteinte à qui que ce soit. Sa prise de conscience est salutaire, comme sa volonté de s’impliquer dans des associations ve­nant en aide aux femmes victimes de violences (…) Pierre Ménès n’est pas un agresseur sexuel. Il  convient de hiérarchiser les infractions, les gestes et les actes. Ce qu’il a commis n’est pas un viol. Il n’a jamais eu l’intention d’agresser sexuellement ces femmes. Et d’ailleurs, je note qu’lsabelle Mo­reau, Marie Portolano et Francesca Antoniotti n’ont pas porté plainte contre lui », rappelle l’avocat de Pierre Ménès.