Pierre Ménès et Sébastien Thoen, Canal+ frappe fort !

Pierre Ménès et Sébastien Thoen, Canal+ frappe fort !

Le syndicat interne à Canal+ annonce que des licenciements sont en cours et visent ceux qui ont soutenu Sébastien Thoen et ceux qui auraient éventuellement fait fuiter les scènes coupées sur Pierre Ménès.

C’est une évidence, du côté de Canal+ on veut mettre la rédaction des sports au pas, et si pour cela il faut licencier du personnel, les dirigeants de la chaîne du groupe Bolloré n’hésiteront pas. Stéphane Guy l’a appris à ses dépens en se faisant virer après avoir soutenu Sébastien Thoen, lequel avait eu la « mauvaise » idée de se moquer de Pascal Praud et de Cnews dans un sketch avec Julien Cazarre, ennemi juré de Canal+. Depuis, la chaîne a été rattrapée par l’affaire Pierre Ménès, le consultant football de C+ étant pointé du doigt suite à la diffusion du documentaire de Marie Portolano, laquelle a depuis quitté la chaîne cryptée. A la base, Pierre Ménès ne devait pas figurer dans « Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste », mais des séquences ont fuité et pas vraiment à l’honneur du consultant. En interne, la tension, déjà énorme, est remontée d’un cran, ces fuites n’étant clairement pas du goût des patrons du diffuseur de la Ligue 1. Et ce lundi, + Libres, le syndicat autonome de Canal+ affirme que les sanctions commencent à tomber et que des licenciements sont en cours dans le cadre de ces deux affaires.

« + Libres, premier syndicat du Groupe CANAL a appris la convocation de plusieurs salariés de la rédaction des sports à un entretien préalable à leur éventuel licenciement. S'il ne fait aucun doute que ces convocations sont directement en lien avec la signature, par les salariés concernés, du communiqué de soutien à Sébastien Thoen en décembre dernier, nous imaginons qu'elles ont également un lien avec les « fuites » d'extraits non diffusés du documentaire « Je ne suis pas une salope, je suis journaliste », dans la mesure où certains salariés font partie du service des documentaires de la rédaction des sports. Nous ne pouvons qu'être sidérés par cette démarche, qui : S'agissant du lien avec le communiqué de soutien, est une violation évidente des engagements répétés de la Direction de cesser les « représailles » qui ont déjà donné lieu à plusieurs départs ces derniers mois, S'agissant du lien avec le documentaire, est particulièrement incompréhensible dès lors que les seuls comportements fautifs en lien avec le documentaire n'ont, eux, fait l'objet d'aucune sanction à ce stade. + Libres est extrêmement choqué et fera tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la mise en oeuvre de nouvelles sanctions injustifiées. Le fait que les victimes de ces sanctions injustifiées se voient le plus souvent proposer des indemnités en échange de leur silence et de l'absence de contestation ne diminue en effet en rien la gravité de ces agissements ni l'inquiétude qu'ils suscitent pour l'ensemble de la rédaction des sports », explique, dans un communiqué, le syndicat.