Nike ou Adidas, c'est la révolution en Ligue 1 !

Nike ou Adidas, c'est la révolution en Ligue 1 !

Pour la première fois depuis huit ans, Nike n’est plus la marque numéro une aux pieds des différents joueurs de Ligue 1. Puisque des équipementiers de chaussures comme Adidas et Puma ont récupéré de nombreuses parts de marché ces derniers mois.

Depuis quelques saisons, les trois grandes marques de chaussures de football ont plus partagé les contrats. Si Nike était liée à presque tous les grands joueurs il y a encore quelques années, ce n’est plus vraiment le cas… Pour cela, il suffit simplement de regarder l’hétérogénéité des équipementiers chez les trois stars du PSG. Si Kylian Mbappé joue bien avec chaussures américaines, Neymar a changé de crémerie en 2020. Puisqu’après avoir fait le bonheur de Nike pendant tout son début de carrière, l’international brésilien est passé chez Puma la saison dernière. Un revirement qui s’explique notamment par le fait que la marque allemande lui a proposé le « plus gros contrat de l'histoire ». De quoi faire pâlir Lionel Messi ? Sûrement pas, puisque le sextuple Ballon d’Or touche lui aussi un joli chèque de la part… d’Adidas, la troisième grande marque de chaussures sur la planète football. Une disparité à l’intérieur même du PSG qui montre que la diversité est désormais de mise avec les équipementiers. 

Une tendance confirmée par Footpack. Entre le 10 septembre et le 3 octobre, le site spécialisé a scruté les pieds des titulaires des 20 clubs de Ligue 1. Avec une base de 220 joueurs, un premier constat a été tiré : Nike n’est pas plus maître en son royaume. En effet, pour la première fois depuis la saison 2013-2014, la marque américaine n’est plus le chausseur numéro un du championnat de France. Cette saison, 32 % des joueurs des clubs français portent des Nike, alors qu’Adidas équipe 45 % des titulaires de L1. Si Nike a donc perdu 12 points de pourcentage en un an, Puma a par contre réalisé une énorme progression pour atteindre 21 % (+ 9 points). Au niveau des clubs, Nike n’est plus que leader dans cinq clubs : à Lille, à Monaco, à Rennes, à Saint-Etienne et à Strasbourg. Autant dire qu’Adidas, et ses 13 clubs dominants, relègue le swoosh très loin, avec Puma en embuscade à Lens et à Troyes. 

Si ce changement de leader chez les chausseurs de Ligue 1 peut étonner, sachant que Nike avait encore 65 % du marché en 2017, cela n’est toutefois pas une surprise. Vu que ces dernières saisons, Nike a clairement perdu du terrain sur ses concurrents allemands. Une dégringolade presque assumée par l'équipementier américain. Car si Nike est toujours leader sur le marché des équipements sportifs, les dirigeants de la marque à la virgule ont changé leur politique marketing. Selon L’Equipe, Nike « semble se concentrer davantage sur les jeunes talents, quitte à sacrifier des contrats noués avec des joueurs proches de la trentaine ». La marque américaine étant toujours à la recherche de la future génération de joueurs, les 15-18 ans en pleine éclosion sont notamment ciblés par les cadres de Nike France. 

Une stratégie au rajeunissement des ambassadeurs qui s’est déjà confirmée en 2020, quand neuf des dix premiers du classement du dernier GoldenBoy étaient chaussés par Nike. Au niveau du Ballon d’Or, Nike domine aussi les débats. Puisqu’avec 18 représentants sur les 30 finalistes sélectionnés par France Football en 2021, Nike devance Adidas (8), Puma (3) et New Balance (1). Ce qui prouve que Nike cherche plutôt le qualitatif que le quantitatif. Quoi qu’il en soit, les trois leaders du marché que sont Adidas, Nike et Puma ont le temps de voir venir, puisque sur plus de 500 joueurs de L1, seulement huit portent des marques différentes. À savoir New Balance (Timothy Weah, Angel Gomes, Caio Henrique), Kipsta (Jean-Louis Leca, Yannick Cahuzac), TRU (Romain Salin, Rémy Descamps) et Mizuno (Thomas Monconduit). Pas de quoi faire peur au trio germano-américain.