L1 : Pas de tests, pas de football, l'arrêt de la L1 expliqué

L1 : Pas de tests, pas de football, l'arrêt de la L1 expliqué

Photo Icon Sport

Président de la Ligue de Football Professionnel tant décrié ces derniers mois pour sa gestion de la crise, Nathalie Boy de la Tour a pris la parole sur Canal+ ce dimanche soir. La dirigeante a réfuté l’idée d’une mauvaise décision prise en ce qui concerne l’arrêt définitif du football pro en France dès le mois d’avril. A l’heure où tous les championnats ont ou sont sur le point de reprendre, Boy de la Tour affirme que, vue la situation, la décision prise était la meilleure. Et pour elle, le fait que la France manque de tests pour faire reprendre les clubs était aussi un élément déterminant qui n’a pas été souvent souligné.

« A partir du moment ou ce n'était pas possible, notamment parce que les tests n'étaient pas disponibles, nous n'allions pas - nous, le football - priver les malades, le personnel soignant des tests qui étaient en nombre très restreint. Aujourd'hui, en tout état de cause, il aurait été difficile de reprendre puisque je vous rappelle que les sports collectifs ne sont pas autorisés jusqu'au 22 juin », a expliqué à Canal+ la présidente de la LFP, qui estime que le protocole de reprise ne pouvait pas être suivi en France faute de tests. Autant dire qu’avec toutes ces données, Nathalie Boy de la Tour assume totalement. « Moi, ce que je vois, c'est le contexte dans lequel ces décisions ont été prises, et si on devait reprendre les décisions aujourd'hui dans le contexte ou l'on était, il y a peu de chance que l'on en prenne de différentes », a prévenu celle qui par le passé était au conseil d’administration d’OL Fondation.