L1 : Malgré la haine, Clément Grenier garde Twitter

L1 : Malgré la haine, Clément Grenier garde Twitter

A l'heure où Thierry Henry mène la révolte contre la haine sur les réseaux sociaux, Clément Grenier affirme réussir à gérer les effets dévastateurs des messages qu'il reçoit parfois.

Si les réseaux sociaux ont permis une plus grande proximité entre les footballeurs et les supporters, ce qui est une bonne chose, certains utilisateurs de Twitter ont profité de cela pour déverser un torrent de haine à chaque occasion. Football très expérimenté, Clément Grenier a débuté le football alors que les réseaux sociaux n’existaient pas réellement à ce niveau, mais l’ancien Lyonnais s’y est mis avec plaisir. Cependant, le milieu de terrain de 30 ans le sait, chaque erreur lui vaut des messages injurieux et des menaces. Cela a notamment été le cas le 24 novembre dernier après la défaite (1-2), et l’élimination du Stade Rennais contre Chelsea, la responsabilité de Clément Grenier étant engagé sur le but victorieux d’Olivier Giroud dans les dernières secondes.

Revenant sur cet épisode, le joueur du club breton avoue qu’il a pris cher, mais que finalement il refuse de mettre tout le monde dans le même sac. « Quand je suis rentré du match, j'étais effondré... et je me suis mis sur les réseaux comme toujours. J'ai toujours assumé et n'ai pas peur de la critique. Mais là, j'ai reçu des choses très graves. Mais entre la vraie vie et les réseaux, il y a un monde. Pour la plupart, les gens qui ont posté des messages très négatifs, des menaces, sous pseudos, si je les avais croisés ce soir-là, ils n'auraient pas eu les mêmes mots. C'est pour ça que je n'ai alerté personne. Je l'ai pris avec beaucoup de détachement. Ça m'a presque motivé. Et j'ai reçu aussi des messages de soutien de gens bienveillants ! », explique, dans L’Equipe, Clément Grenier, qui utilise sans excès les réseaux sociaux et ne rejoindra donc pas Thierry Henry dans son boycott de Twitter.